Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

12 juillet 2006 3 12 /07 /juillet /2006 13:48

Maintenant que nous savons saluer et être polis en égyptien, nous allons voir quelques expressions qui peuvent se révéler utiles sans être trop difficiles à apprendre ni requérir trop de notions grammaticales.

 

Se présenter :

esmî signifie "mon nom" ; pour dire "je m'appelle Nefred", on dira esmî Nefred (littéralement : "mon nom Nefred", le verbe être est très souvent sous-entendu en arabe, ce qui est pratique, non ?).

Pour corser un peu la chose, nous allons maintenant dire notre nom et demander le sien à l'autre personne : esmî Nefred ;  wa enta, esmak êh ? , c'est-à-dire : "je m'appelle Nefred ; et toi, comment t'appelles-tu ? ". Enta correspond à "tu / toi" pour un homme, enti pour une femme ; mais très souvent, on emploie dans la langue courante enta dans les deux cas. El-esm, c'est le nom ; nous avons vu esmî, qui veut dire "mon nom" : esmak est "ton nom" pour un homme et esmek pour une femme. Simple, non ? Êh est un interrogatif employé dans la langue courante ; il signifie "quoi ? / que ? / quel ?". Là encore, vous voyez que le verbe est sous-entendu, ce qui nous facilite la tâche : esmak ê ? - "quel est ton nom / comment t'appelles-tu ? "

tasharrafna signifie "enchanté", ce à quoi on répond de façon codifiée forsa sa3ida (littéralement : "occasion heureuse").

Ana men Faransa : je viens de France ; on peut dire aussi : ana faransawiyy (pour un homme) / ana faransaweyya (pour une femme), "je suis Français(e) ". Si on vous pose la question : menen enta / enti ? , on vous demande d'où vous venez, de quel pays, ville ou région vous êtes...

Puisque nous évoquons les nationalités, l'Egypte se dit Masr (Misr en arabe littéral), un Egyptien se dit masriyy, une Egyptienne se dit masreyya et des Egyptiens se dit masriyîn. Masriyy / masreyya / masriyîn sont ici des noms, mais ils peuvent aussi être utlisés comme adjectifs : mazika masreyya signifie "de la musique égyptienne".

Comment ça va ? :

Ezzay, qui signifie "comment ? ", est typiquement égyptien. Aussi les Egyptiens diront en général ezzayyak (à un homme) / ezzayyek (à une femme) pour demander comment ça va. On peut aussi dire : ezzay el-Hal ? ou keif el-Hal ?

La réponse là encore est codifiée : (ana) kwayyes, el-Hamdu li-llah / tamâm, el-Hamdu li-llah (littéralement : "bien, grâce à Dieu". Ensuite, on demande à son interlocuteur comment il va, en utilisant par exemple wa enta / enti ? ("et toi ? " ), pour se montrer poli. Dans les salutations traditionnelles, on demande ainsi des nouvelles de toute la famille (et ta femme, et ton père, et ta mère...), ce qui constitue les fameux "salamalecs" dont ont beaucoup parlé les Occidentaux étrangers à ces coutumes...

Encore une remarque à ce sujet : vous voyez qu'on fait suivre "je vais bien" par "grâce à Dieu" ; c'est un fait culturel intéressant : on veille à conserver cette santé en appelant en quelque sorte la protection de Dieu. De même, quand on émet un souhait, quelque chose qu'on aimerait faire ou un projet qu'on a, qu'on dit à quelqu'un qu'on aimerait le revoir, etc. on ajoute toujours inshâ'a l-lah (le fameux inch Allah) qui signifie "si Dieu veut". Vous l'entendrez en permanence, et peu à peu vous mettrez à l'utiliser aussi... inch Allah !

Est-ce possible ? :

momken ? signifie "c'est possible ? / c'est permis ? ". On vous répondra soit aiwa, momken ("oui, c'est possible"), soit lâ, mesh momken ("non, ce n'est pas possible"). Lâ mustaHîl signifie plutôt "non c'est impossible", dans le sens de "ce n'est pas faisable" ; lâ, mamnu3 signifie par contre "non, c'est interdit".

Selon la réponse, vous pourrez dire : tayyeb ! ("bien / OK / super"), khosâra ! ("dommage") ou ma3lesh ("tant pis"). Sans oublier un petit shokran ("merci"), bien entendu...

Bon, et bien ça fait déjà quelques expressions à apprendre. Que le divin Thot vous aide dans cet apprentissage ! Nous continuerons une prochaine fois...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

:0002:@nne marie :0002: 12/07/2006 22:34

Désolée de me méler de ce qui ne me regérde pés mais Théti Chéri a entièrement raison...LOL! ! ! !  Bisous du soir 

Nefred 12/07/2006 22:40

Et nouos aussi les Provençaux on a l'accent qui chante, même en parlant arabe, tiens... lol
Bizzz
Nefred

:0026:Théti-Chéri 12/07/2006 22:28

holala, moi qui n'ai jamais aimer étudier je suis vernis, bon je réfléchie, oui ça m'arrive de temps en temps lollll
Puisque apparement tu viendrais avec moi, pourquoi on devrait être deux à savoir parler arabo-égyptien lolll
Tu me traduiras, ça sera plus facile mdrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr
Bisous, bisous

Nefred 12/07/2006 22:41

Paresseuse ! lol
Alors c'est toi qui vas bosser sur les plans des sites pour préparer les visites !  hihi !
Non mais rassure-toi, on dira ce qu'on sait dire en arabe ; l'essentiel est avant tout de faire l'effort de savoir dire quelques mots. Tu verras comme les gens sont contents qu'on fasse cet effort. Même si la prononciation n'est pas toujours parfaite.

Bizzz
Nefred

:0002:@nne marie :0002: 12/07/2006 22:25

Sheyne a raison : mes petites filles parlent l'arabe de Louxor : le saiidi  et les cairotes rigolent quand elles parlent.... Bizzz

Nefred 12/07/2006 22:43

C'est vrai qu'il y a une nette différence entre sai'idi et parler cairote, mais on ne va pas effrayer tout le monde non plus... Sinon, on se met d'emblée à l'égyptien hiéroglyphique ! lol
Bizzz
Nefred
PS : le sai'idi, c'est le dialecte de la Haute-Egypte...

SHERYNE 12/07/2006 21:09

PS: situ peut eventuellement faire un article concernant mon commentaire il sera le bien venu car j'ai encors des progrès a faire question language merci d'avance

Nefred 12/07/2006 21:50

J'y songeais, justement. Les grands esprits se rencontrent, comme on dit. Je vais préparer un article expliquant les différentes formes de l'arabe, et j'essayerai aussi de donner en parallèle aux formes égyptiennes les formes arabes littérales. Et si tu veux nous donner l'équivalent en arabe algérien, tu seras la bienvenue, car je ne pratique pas les dialectes maghrébins. ; )
Amitiés
Nefred

SHERYNE 12/07/2006 21:04

Bonsoir Nefred
Tout d'abord merci pour ma fille et aussi merci d'avance si tu peut me trouver ce livre.J'aimerais revenir sur ton article car il y a aussi des mots arabes qui en egyptien sont dit autrement par exemple pour dire "dit moi " en arabe on dit "Kollé" mais en egyptien c'est "Ollé" on ne prononce pas le k de meme pour lève toi ont dit kom mais en egyptien on dit Omé je n'est pas d'autre exemple pour le moment en tète  mais c'est toujours bon a savoir surtout lorsque l'on a certaine notion d'arabe qui n'est pas d'egypte parceque pour moi au debut sa me faisait bizzard d'entendre ces mots dit de cette maniere mais je reconnait que la langue egyptienne est tres belle
A bientôt

Nefred 12/07/2006 21:47

Bonsoir, Sheryne !
Tu as raison de préciser en effet qu'il y a une différence d'une part entre l'arabe littéral et le dialectal égyptien, mais aussi entre l'égyptien et les dialectes du Maghreb. En général, le dialectal égyptien adoucit les gutturales ( le qâf si difficile à prononcer pour les Occidentaux est souvent remplacé en égyptien par un hamza : par exemple qawi devient 'awi), ignore les emphatiques de l'arabe littéral, etc.
Dans la rubrique, je donne les mots et expressions en dialectal égyptien. Mais il y a des différences de prononciation et même d'expressions entre la Haute- et la Basse-Egypte, même si on arrive quand même à se faire comprendre.
A bientôt
Amitiés
Nefred