Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

10 août 2006 4 10 /08 /août /2006 19:50

Comme nous l'avons dit précédemment, l'écriture de nos ancêtres a évolué avec le temps et déchiffrer un texte ancien, que ce soit pour des recherches généalogiques ou des recherches historiques, peut se révéler plus difficile qu'il n'y paraît ; et ceci, même si on croit pouvoir identifier les lettres sans problème. Nous allons tout d'abord voir la graphie des lettres selon l'usage du XVIe s., qui reste largement en vigueur jusqu'au 1er quart du XVIIe s. au moins.

 

Pour commencer, et mesurer la difficulté, un exemple de texte du XVIe s. issu des délibérations du conseil de ville d'Ollioules pour l'année 1580-1581 (Archives communales d'Ollioules). Laissons de côté les abréviations, que nous verrons par la suite, ainsi que les questions purement linguistiques. Vous voyez que le texte est différent de la graphie actuelle, même s'il y a des lettres que l'on reconnaît.

 

Voici dans un tableau un alphabet dressé à partir de textes d'archives provençaux du XVIe s. Ce sont là les formes les plus courantes et les mieux calligraphiées ; selon la qualité de la plume ou du stylet utilisés, les habitudes et l'humeur du rédacteur, ou sa maîtrise de l'écriture, il peut y avoir des variantes d'un texte à l'autre. En général, il faut d'abord se familiariser avec l'écriture du rédacteur avant de pouvoir déchiffrer entièrement un texte.

Alphabet manuscrit

du XVIe siècle

 a

b

c

d en initiale

ou en médiane

d en finale

e en initiale

ou en médiane

(et même finale

à la fin de la période)

e en médiane ou finale

(forme ancienne)

f

g en initiale

g en médiane

ou en finale

h en initiale

h en médiane

ou en finale

i

j

l en initiale

ou en finale

l en médiane

m

n

o

p

q

r

(type ancien)

r en médiane

ou en finale

(type ancien)

r "moderne"

(fin de la période)

s en initiale

ou en médiane

s en finale

t

u

v

(type ancien)

v "moderne"

x

y

 z

 

Certaines lettres nous sont familières et ont déjà la forme qu'on leur connaît aujourd'hui, ou presque. D'autres, comme le -h ou le -x , nous sont tout à fait méconnaissables. Enfin, pour certaines, il pourrait y avoir confusion avec des lettres actuelles ( le -r de type ancien ou le -o qu'on pourrait prendre pour des -v actuels, le -s initial ou médian qu'on pourrait prendre pour un -f ). Noter aussi qu'il n'y a pas de point sur le -i ou le -j ; d'ailleurs, il n'y a pas d'accent sur les voyelles, et pratiquement pas non plus de ponctuation, nous le verrons.

C'est la pratique qui permet de se familiariser avec la lecture de textes manuscrits de cette période, même si cela peut sembler ardu au premier abord.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

C 31/01/2016 17:41

Je vous remercie pour ces précieuses infos, qui je l'espère, me permettront de comprendre un manuscrit de 1481. Cordialement,
Nicolas Chavastelon

Nadine 11/08/2006 15:23

Coucou Fred,
Pour des néophytes en effet, une telle écriture peut paraître ardue. Moi, on m'a souvent dit : "mais comment tu fais pour lire ça ?", mais à la force on s'habitue et puis, quand on veut comprendre ce qu'il y a écrit quand tu recherches tes ancêtres, tu as plutôt intérêt à être motivé pour essayer de comprendre. Il m'est arrivé des recopier des contrats de mariage ou des testaments de plusieurs pages en refaisant l'écriture telle qu'elle était écrite. C'est une très bonne façon de pratiquer pour apprendre. Et puis, ce n'est pas bien difficile. Moi, par contre, je butte sur le latin. Je ne le pratique pas et ne l'ai jamais appris à l'école. Mais, pas besoin de déchiffrer le texte en entier, je me débrouille toujours. En remontant dans le temps, c'est parfois un mélange de provençal et de latin ou de français.
Article très intéressant Fred, enfin pour moi qui pratique la paléographie sur le tas depuis 18 ans.
Gros bisous de Trans,
Nadine

Nefred 12/08/2006 01:03

Coucou, Nadine !
Se plonger dans les manuscrits anciens est une expérience passionnante, n'est-ce pas ? Tu as raison, avec la pratique, on finit par le lire aussi facilement qu'une écriture actuelle. Nous aborderons un peu plus tard la question de la langue, mais c'est effectivement une autre barrière.
Gros bisous
Nefred

@nne marie 10/08/2006 22:39

décidément, j'en apprends tous les jours ! ! ! Bisous du soir, Neferthéti ! ! ! :0010: @nne marie

Nefred 11/08/2006 00:12

Tu vois, elle nous en cacxhe des choses !
Bisous
Nefred

:0026: Théti-Chéri 10/08/2006 22:26

Kikoo,
Ha oui, j'adore ça, moi qui pratique la généalogie, j'ai eue affaire à quelques actes dur à déchiffrer et c'est un super jeu de piste de chercher à savoir a quoi correspond cette lettre ou ce mot, qu'a-t-il voulu dire, c'est super sympa, enfin faut aimer mdrrrr
tu as lu mon nouvel article, publié à 18h ?
Bisous, bisous.

Nefred 11/08/2006 00:12

Coucou, yâ Theti !
Tu m'avais caché, coquine, que tu faisais des recherches généalogiques. J'espère que cette rubrique te sera de quelque utilité, ou que tu y apporteras ta contribution.
Oui, j'ai lu ton article. Mais impossible de laisser un commentaire. Je réessayerai...
Bisous
Nefred