Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

25 août 2006 5 25 /08 /août /2006 04:48

Cette superbe mosquée se dresse dans la ville d'époque fâtimide, au nord du site de l'ancien palais de cette période. Aussi appelée « mosquée Grise », elle fut fondée en 1125 par Ma'mun el-Bata'ihi sous le califat d'el-Mustansir. Elle est située sur l'ancienne artère principale de la ville médiévale, shâri'  el-Muizz li-Din Allah.


Elle adopte le plan d'une mosquée hypostyle rectangulaire autour d'une cour carrée de 10m de côté, ce qui correspond en principe au plan des petites mosquées congrégationnelles. Mais ce n'est pas dans ce plan que réside l'originalité de cette mosquée, qui peut être considérée comme l'un des points de départ de l'originalité de l'architecture cairote. Pour la première fois, l'entrée n'est pas placée dans l'axe de la qibla ; la façade sur la rue , qui n'est pas parallèle à la qibla, suit l'alignement oblique de celle-ci, alors que la qibla reste droite, orientée vers la Mecque. C'est ainsi la première mosquée cairote à s'adapter au tracé préexistant des rues de la ville. La partie située entre la façade et la cour forme ainsi un triangle, dans lequel prennent place un vestibule, l'escalier du minaret et deux salles donnant sur l'intérieur.

Le portail de la mosquée.

Le grand médaillon du portail, avec les noms de Muhammad et 'Ali.

Détail du décor latéral.


 

 

 

 

La seconde originalité de cette mosquée est d'être la première à avoir une façade de pierre entièrement sculptée. Auparavant, seul le portail principal était richement sculpté. La façade en briques est en effet revêtue de pierre. Divisée en trois parties, cette façade s'orne au centre d'un portail en saillie ; au-dessus de la baie d'entrée, un arc caréné ouvre sur une niche rehaussée de nervures partant d'un grand médaillon central. Au centre du médaillon, l'inscription des noms de Muhammad et 'Ali, qui sont répétés en motifs entrelacés dans un second cercle, le tout en caractères coufiques  finement ajourés dans la pierre avec une remarquable maîtrise ; la bordure est formée d'arabesques. Ce motif du portail, avec sa niche et son médaillon, aura une grande influence dans l'architecture cairote. De chaque côté, une niche rappelant en réduction la niche centrale, avec nervures et médaillon, est surmontée de muqarna , puis d'une niche plus petite flanquée de colonnettes ; c'est la première fois que le motif des muqarna, habituellement réservées au décor intérieur, apparaissent sur une façade. Enfin, trois bandes d'inscriptions courent sur la façade. Au sommet, la première mentionne le nom du calife el-Amir Bi-Ahkam Allah et de son vizir, Ma'mun el-Bata'ihi, avec ses titres et la date de fondation de l'édifice. La seconde se trouve à la base de l'arc central et contient aussi les noms de el-Amir Bi-Ahkam Allah et de Ma'mun el-Bata'ihi, avec ses titres et la date de fondation de l'édifice. La troisième se situe au niveau du linteau de la baie de l'entrée et comporte des versets du Coran. Le décor se poursuit sur le reste de la façade, de façon symétrique.

L'angle chanfreiné avec son inscription coufique.


 

 

 

 

Dernière originalité de cette façade, l'angle orné d'un chanfrein sur lequel sont sculptés les noms de Muhammad et 'Ali.


Le minaret d'origine a disparu et a été remplacé par un autre sans grand intérêt au XIVe s. L'intérieur de la mosquée a conservé peu de choses de son état d'origine. Le sanctuaire est formé de trois nefs, la plus proche de la qibla étant plus large que les deux autres ; il ouvre sur la cour par une série de trois arches reposant sur des colonnes de marbre, que l'on retrouve sur les trois autres côtés de la cour. Les arcs carénés, typiques de la fin de l'époque fâtimide égyptienne, sont soulignés par des bandeaux sculptés de versets coraniques en caractères coufiques. Les écoinçons sont ornés de médaillons nervurés.

L'ouverture du sanctuaire sur la cour, avec ses arcs carénés.

Détail du décor des arcs de la cour.


 

 

 

 

La mosquée étant alors en ruines, elle fut restaurée une première fois en 1396-1397, à l'époque mamlûk, par Amir Yalbugha el-Salami, sous le règne du sultan ez-Zahir Barqûq, remaniant l'essentiel du décor intérieur. Elle sera à nouveau restaurée sous Muhammad 'Ali, au XIXe s., par le prince Sulayman Agha el-Silahdar.

Elle reste cependant l'un des édifices majeurs du Caire fâtimide par l'influence que son modèle exercera sur les développements de l'architecture égyptienne.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

@nne marie :0010: 26/08/2006 06:41

  Bel endroit, mais je ne vois pas du tout où elle se trouve ! !  Bisous   @nne marie

Nefred 26/08/2006 10:45

Ben alors !!! Il va falloir que tu retournes au Caire, yâ ukhtî ! loool
Ou alors tu nous accompagneras quand on ira au Caire et on ira la voir ensemble... ; )
Elle se trouve dans la shâri' el-Muizz li-Din Allah, la même rue que la madrasa de Barqûq, en remontant du Khân en direction de Bâb el-Futuh.
J'espère que nous aurons le temps de nous promener dans le Caire islamique et d'aller admirer sa façade, puisque notre hôtel sera dans le quartier du Khân...
Gros bisous
Nefred