Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

5 septembre 2006 2 05 /09 /septembre /2006 01:29

 

Selon les mythes grecs, Eos, l'Aurore, enleva Thitonos, de la famille princière troyenne, et l'emmena en Ethiopie, où l'on croyait que se trouvait le pays du Soleil. Elle en conçut deux fils, Memnon et son frère Emathion. Ils avaient la peau noire car on pensait qu'étant enfants, ils avaient accompagné leur mère aux côtés d'Helios, le Soleil. Visitant les contrées les plus chaudes de la terre, ils suivront ainsi dans sa course le char du Soleil. Selon une tradition, tandis que son frère devenait roi d'Egypte, Memnon, le préféré de sa mère, recevait la couronne d'Ethiopie.

 

Eos recueillant le cadavre de son fils tué par Achille,

sur une coupe grecque à figures rouges.

 


Homère raconte comment Memnon vint au secours de son oncle, le roi de Troie Priam, amenant avec lui durant la dixième année du conflit contre les Grecs une armée d'Ethiopiens. Ayant reçu une armure forgée par Héphaïstos, Memnon tua Antilochos, fils de Nestor et ami d'Achille (Odyssée, IV). Le héros grec le provoqua en duel et Memnon sera tué d'un coup de lance durant ce combat. Eos, intercédant auprès de Zeus, aurait obtenu pour lui l'immortalité ; pour Homère, Memnon retrouve vie chaque matin à l'aube le temps de saluer par un chant l'arrivée de sa mère. Selon d'autres versions, des oiseaux auraient jailli du bûcher funéraire de Memnon et se seraient affrontés en deux groupes, ceux des oiseaux mourant durant le combat retombant dans le bûcher en offrande à l'âme du héros ; ainsi, chaque année, ces oiseaux, les Memnonides, se seraient rassemblés sur la tombe du héros défunt pour célébrer sa mémoire.

 

De gauche à droite, Athena soutenant Achille et Memnon soutenu par sa mère Eos durant leur combat singulier, sur un vase grec.

 

Eos emportant le cadavre de son fils Memnon qui vient d'être tué par Achille

(vase grec du VIe s. av. notre ère, British Museum).


Homère, Hésiode, Apollodore, Diodore de Sicile, Pindare et Ovide évoquent Memnon dans leurs écrits.

 

Les Memnonides au-dessus du bûcher funéraire

(Illustration des Métamorphoses d'Ovide publiées par Virgil Solis à Francfort en 1581, Livre XIII, f°169 v°).

 

D'après la légende selon laquelle Memnon saluait chaque matin l'arrivée de sa mère par un chant,  les Grecs assimilèrent l'un des anciens colosses du temple funéraire d'Amenhotep III, dans la nécropole thébaine (auj. Luqsor, en Egypte), au héros fils de l'Aurore.

Les colosses de Memnon, en Egypte.

Partager cet article

Repost 0

commentaires