Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

14 octobre 2006 6 14 /10 /octobre /2006 00:18

Denderah, situé à environ 70km au nord de Luqsor, près de la ville de Qena, était dans l'Egypte antique la capitale du VIe nome, Tentyris. Le site comprend une nécropole et un certain nombre d'édifices, mais surtout le célèbre temple d'Hathor, qui fut étudié par Mariette Pacha. Même si l'occupation du site remonte à une période très ancienne, les principaux monuments qu'on y voit aujourd'hui sont d'époque très tardive, ptolémaïque et surtout romaine. Dès l'Ancien Empire, cet endroit fut un lieu majeur du culte d'Hathor.

Plan du complexe d'Hathor : 1- Mammisi romain ; 2- Eglise copte ; 3- Mammisi de Nectanebo ; 4- Sanatorium ; 5- Temple d'Hathor ; 6- Lac sacré ; 7- Temple d'Isis.

Le complexe du sanctuaire de Denderah présente un ensemble intéressant. On pénètre dans l'enceinte entourée d'une grand mur de briques crues par la porte monumentale de Domitien et de Trajan, précédée de petits kiosques romains. A droite de l'entrée se trouvent deux mammisi, où la déesse donnait naissance à Ihy ; le premier que l'on rencontre est d'époque romaine, présentant des bas-reliefs montrant Hathor allaitant le roi ; le second, plus au sud, remonte à Nectanebo Ier (XXXe dynastie) et fut achevé à l'époque ptolémaïque ; c'est l'élément le plus ancien du complexe de Denderah. Plus au sud encore se trouve un « sanatorium » tardif, destiné aux bains rituels dans les eaux sacrées ou au rituel de l' « incubation », qui consistait à dormir dans la galerie dans l'espoir d'une apparition en songe de la déesse ou d'un signe de celle-ci.

Le mammisi romain, avec ses chapiteaux composites surmontés d'un dé sur lequel figure Bès, en tant que protecteur des naissances.

Le temple d'Hathor fut commencé sous Ptolémée IX et sa construction ne sera achevée qu'à l'époque romaine, sous le règne de Néron. Il fait donc partie des temples tardifs bien conservés où la synthèse s'opère entre les traditions architecturales égyptiennes et les adaptations ornementales gréco-romaines. La salle hypostyle qui fait suite à la cour, haute de 18m, a été décorée sous les règnes d'Auguste, de Tibère et de Néron, avec des chapiteaux hathoriques rehaussés de sistres, symboles et objets du culte de la déesse.La salle qui précède immédiatement le sanctuaire, ou salle de l'apparition, est flanquée de chaque côté d'une série de trois salles annexes. Le sanctuaire proprement dit est entouré d'une galerie qui dessert un ensemble de chapelles, en particulier celle d'Osiris remarquable par la qualité de ses reliefs. L'une des originalités du temple est la présence d'une série de salles, quelquefois qualifiées de « cryptes », ménagées sur trois étages dans l'épaisseur du mur. A remarquer que sur la face arrière du temple est représentée Cleopatre en compagnie de son fils Césarion.

Les colonnes hathoriques de la salle hypostyle.

 

Les étroits (et terrifiants) couloirs menant à la terrasse...


L'autre originalité du temple est sa terrasse supérieure, à laquelle on accède par une rampe tournante sur plan carré dont les murs s'ornent de bas-reliefs représentant la procession des prêtres ; à mi-hauteur s'ouvre une petite salle dans laquelle les prêtres célébraient une série de rituels avant de gagner la terrasse. Sur celle-ci se dresse un petit kiosque hathorique dans lequel l'effigie de la déesse était symboliquement régénérée par le Soleil. Sur la terrasse se trouvaient également deux reliquaires, dans l'un desquels se trouvait le fameux « zodiaque de Denderah » dont il ne reste sur place qu'un moulage, l'original ayant été déplacé au musée du Louvre, à Paris à l'époque de l'expédition d'Egypte. De l'autre côté, une rampe droite permet de regagner la galerie du sanctuaire.

Le kiosque hathorique de la terrasse supérieure du temple.


Au sud du temple d'Hathor se dresse un petit temple de la naissance d'Isis, reconstruit à l'époque romaine et décoré sous Auguste sur les bases d'un édifice ptolémaïque. Les salles extérieures de ce temple font face à l'est, tandis que les salles intérieures sont orientées en direction du temple d'Hathor, au nord. On accède directement à ce temple par une porte percée dans la partie orientale de l'enceinte à l'époque romaine.

Le lac sacré et ses palmiers.


A peu de distance à l'ouest se trouve enfin le lac sacré, aujourd'hui à sec.


Des vestiges de la ville antique de Denderah se trouvent à l'ouest du complexe du temple, avec en particulier un temple dédié à Horus. Quant à la nécropole, elle comprend des tombes d'époque pharaonique et de nombreux mastaba peu ornés. A l'ouest du site antique se trouvent des sortes de catacombes à voûtes de briques dans lesquelles étaient inhumés des animaux consacrés, en particulier des oiseaux et des chiens. On a également trouvé des sépultures de vaches, animal de la déesse.

Quelques exemples du style des reliefs de Denderah, caractéristiques de l'époque tardive :

Isis allaitant : très caractéristiques de l'époque tardive sont la rondeur et les reliefs des corps.

Deux reliefs de style tardif romain, avec les déesses Ouadjet et Nekhbet représentant la Haute- et la Basse-Egypte ; sur celui du bas, le roi enfant (ce qu'indique la tresse sur le côté de son visage) naît d'un lotus éclos. Le relief est lourd, en rondeur, pointilleux dans le détail, dénué de la géométrisation élégante du style égyptien. Les hiéroglyphes sont lourds et approximatifs. Sur le relief du haut, les rosettes sont un motif gréco-romain.

Cléopatre et son fils Césarion ; elle porte le disque solaire entouré des cornes de vache avec les hautes plumes, selon l'iconographie d'Hathor épouse d'Amon ; Césarion porte la double couronne des rois d'Egypte. Le style est plus proche du style ptolémaïque, montrant l'antériorité de la zone du sanctuaire par rapport à la salle hypostyle.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

pascal 20/02/2011 07:51



J'ai mis ton article dans mon profil facebook. Il rejoint ceux que je rédige à propos du livre d'Albert Slosmau, "la grande hypothèse", en particulier "et Dieu ressuscita à Dendérah", dans mon
blog


http://monblogdereflexions.blogspot.com


Je garde tont blog dans mes favoris.



:0059: @nne marie :0010: 14/10/2006 10:20

     J'ai un magnifique souvenir de cet endroit et notamment de la vue de la terrasse ! ! Belle journée et bisous du pays de Râ      @nne marie