Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 19:36

Comme je vous l'ai déjà dit, c'est sur le blog de Theti que figurera le récit du voyage proprement dit ; nous y travaillerons en commun. Vous pouvez d'ores et déjà y trouver le récit de notre départ de France et de notre arrivée en Egypte...

Ici, je vous raconterai plutôt des anecdotes de voyage, la façon dont j'ai vécu les choses et je vous parlerai des monuments que nous avons visités et de ce que nous y avons apprécié.

J'ai choisi de commencer par les premières fois de Theti, parce qu'elles valent le détour, comme vous allez pouvoir en juger dans un instant. Vous le savez, c'était son premier voyage en Egypte ; mais aussi son premier voyage hors d'Europe... Autant dire que pour elle le dépaysement fut plus grand encore que pour moi. Et que l'enjeu était qu'elle soit sous le charme de ce pays.

La première larme de Theti en Egypte, ça a été lorsque l'avion s'est posé sur le sol égyptien et est venu se placer devant la façade de l'aéroport, sur laquelle elle a pu voir le nom de la ville pour la première fois écrit en anglais et en arabe. Tellement émue la Theti qu'elle en a loupé sa photo. Trop touchant ! Je ne fais pas le malin, parce que pour ma part, la petite larme est venue en survolant Louqsor en se disant : "ça y est, ehna fê biladi, on est au pays ! ". Mais les hommes apprennent à cacher leurs petites larmes, virilité mal placée oblige...

L'autre étape importante, c'est la première fois que Theti a marchandé pour faire un achat. C'était à Aswan. Je l'avais traînée en ville et elle avait prévenu : "je paie le prix qu'on me dit, ou je m'en vais si c'est trop cher, mais je ne sais pas marchander ! " Nous quittons le bateau, remontons depuis les quais sur la corniche et je crois bon de lui rappeler une dernière fois les règles pour traverser une rue en Egypte : peine perdue, voilà ma Theti qui se jette sans hésiter  pour sa première traversée de rue comme si elle avait fait ça toute sa vie, s'élançant juste derrière une voiture au milieu des taxis, voitures particulières et incontournables calèches ! J'ai dû courir pour la rattrapper !

Premier objectif : acheter des piles pour son appareil photo. Je sers vaguement de traducteur, mais je la laisse se débrouiller. Le marchand égyptien annonce un prix, et voilà ma Theti qui s'élance hors de la boutique, disant que c'est trop cher, que ça ne vaut pas plus de ... , le marchand à ses trousses. Le temps d'un : "qu'est-ce qu'il me veut celui-là ! " , je parviens à lui expliquer que c'est ok, que le marchand lui vend les piles au prix qu'elle demande... L'Egyptien en est aussi médusé que Theti elle-même, recompte sur ses doigts pour voir s'il n'a pas fait une trop mauvaise affaire. Et moi je suis mort de rire : sans le savoir, elle a découvert par elle-même l'une des techniques du marchandage, il ne reste plus qu'à apprendre à ne pas partir trop loin... lol

En réalité, elle avait déjà fait à peu près le même coup pour un T-shirt sur le bateau, mais sur le bateau ça ne compte pas, c'est trop facile...

Juste après, la première promenade de Theti dans un vrai soukh égyptien, toujours à Aswan. Nous allons dans la partie restée intacte, celle qui n'a pas encore été transformée en galerie commerciale aseptisée pour touristes... Ma Theti n'en mène pas large, nous sommes les deux seuls Européens ; impressionnée par le dépaysement, l'ambiance, les couleurs et les odeurs. Finalement, nous entamons la conversation avec Joseph, un marchand d'épices dont nous reparlerons... Et Theti se détend, elle commence à se laisser séduire par l'ambiance du soukh d'Aswan. Tayyeb !

Dans la foulée, elle a droit à son premier rituel du thé chez un droguiste nubien auquel je compte acheter du sewak... Première réaction de la fière Theti : "non, je ne veux pas m'asseoir et boire le thé ! "... Elle finit par se laisser convaincre et nous passons alors l'un des meilleurs moments de notre voyage, qui vaudra un récit à lui seul qui pourrait s'intituler : "fou rire général dans la boutique du droguiste, ou la nouvelle blague du soukh d'Aswan"...

Le lendemain, et nous en resterons là pour aujourd'hui, premier convoi pour Theti. Elle a un bol terrible pour cette première fois aussi, les policiers ne nous font pas attendre trop longtemps et nous filons bon train d'Aswan à Abu Simbel. Premier contact avec le désert, malgré l'heure très matinale Theti est subjuguée et multiplie les photos... Je suis heureux pour elle, car je sais qu'elle est en train de tomber amoureuse de ce pays en plus d'aimer l'Egypte pharaonique...Heyya mabsûta 'awi, elle est en passe d'être conquise !

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

:0010: @nne marie :0059: 30/12/2006 05:53

       Un petit coucou du matin ! !   Bisous du pays de Râ          @nne marie
 

Nefred 30/12/2006 13:25

J'ai honte, mais je réponds à ton coucou du matin par un coucou du midi... lol
Gros bisous, yâ ukhtî
Nefred

:0010: @nne marie :0059: 29/12/2006 22:00

       J'espère bien que Théti va tomber amoureuse du pays qui n'est pas archéologique ! Superbe récit Fred, tu vas collecter tous tes articles et en faire un livre: ce serait sensas comme carnet de voyage ! ! Bisous du pays de Râ          @nne marie
 

Nefred 30/12/2006 13:25

Ca y est, on a réussi : elle est amoureuse ! Tayyeb !
Pour le carnet de voyage, j'avais un beau carnet mais qui s'est peu rempli... Difficile de vivre les choses et de les écrire en même temps. Et comme l'humain prime, tant pis pour l'écriture sur le vif. De toute façon, tout est gravé à tout jamais dans le coeur, ce ne sera pas dur de le raconter une fois revenu, l'émotion étant toujours là...
Bussa kebir
Nefred