Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

9 février 2007 5 09 /02 /février /2007 00:46

Baybars est une figure étonnante de l'histoire égyptienne, au destin exceptionnel, un esclave devenu sultan. Ses exploits guerriers, qui ont permis d'éloigner du Proche-Orient la menace mongole, et la magnificence de sa cour tout autant que sa cruauté en ont fait au fil des siècles un personnage de légende. Au point qu'il n'est pas toujours facile de faire la part des choses dans tout ce qui se dit à son sujet.

Un Coran enluminé de Baybars.

D'origine turque, Baybars était né dans la partie de la Russie occupée par les Mongols, dans la ville de Kipchak. Encore enfant, il fut vendu comme esclave à Damas, pour 800 dinars, un prix modeste, car il avait un oeil atteint de la cataracte. C'était un homme solide, aux yeux bleus et au teint basané, au tempérament violent et doté d'une grande énergie, ce qui explique qu'il soit parvenu à usurper le rang de sultan. Guerrier redoutable, il commandait l'avant-garde de l'armée égyptienne lors de la guerre contre les Mongols et on lui doit en grande partie la victoire de 'Ayn Jalut, près de Jérusalem (3 septembre 1260). Le fait qu'il ait décidé d'assassiner le sultan Qutuz pourrait s'expliquer par le fait qu'il avait espéré en vain que celui-ci lui offrirait en récompense la ville d'Alep, qu'il avait reconquise. Après avoir assassiné le sultan, il prit sans mal le contrôle du Caire et se dota, en s'auto-proclamant sultan, du titre d'el-Malik ez-Zâhir, « le roi conquérant ».

La citadelle d'Alep, que Baybars reprit, exploit pour lequel le sultan Qutuz le récompensa bien mal à son goût.

Il restaura à son profit le pouvoir spirituel de l'empire musulman en installant dès 1261 le prince abbasside el-Mustansir, un oncle du dernier calife abbasside assassiné par les Mongols, comme calife au Caire, déplaçant ainsi le centre névralgique du sunnisme vers l'Egypte et s'assurant le contrôle du Hejjaz et de La Mecque. Le calife n'était en réalité qu'un homme de paille et c'était bien le sultan mamlûk d'Egypte qui continuait à diriger les vestiges de l'empire musulman. D'ailleurs, il laissa el-Mustansir se faire massacrer aux portes de Baghdad dans une tentative de restaurer le pouvoir central. Le nouveau calife confirma l'autorité de Baybars sur l'Egypte, la Syrie, le Hejjaz, le Yemen et l'Euphrate.

Unue monnaie du calife abbasside el-Mustansir, homme de paille dont Baybars ne tarda pas à se débarrasser.

Il régna au Caire durant 17 ans, entretenant une cour brillante et raffinée, entouré de princes et de notables tous issus des rangs mamlûk. Il garantissait des revenus élevés à ses ministres et aux membres de son administration, s'assurant ainsi leur fidélité et entretenant le désir d'entrer dans sa suite. Il déjouait toute tentative d'assassinat par des émirs de sa cour en étant imprévisible et en se déplaçant sans cesse. Son règne marque une époque de prospérité, Baybars se montrant aussi fin administrateur qu'il était bon guerrier. Il fit reconstruire les canaux, les fortifications et les chantiers navals en Egypte ; il remania et restaura le réseau routier, de sorte que les courriers ne mettaient que quatre jours pour parvenir du Caire à Damas. Homme pieux, il interdisit au Caire la consommation du haschisch et du vin, fit fermer toutes les tavernes et les bordels, chassant de la ville les prostituées européennes capturées lors des combats contre les croisés. Il créa au pied de la Citadelle une Maison de Justice, dans laquelle il siégeait lui-même le vendredi et le dimanche, où il donnait des audiences et recevait des émissaires.

Pieux et autoritaire, Baybars fait chasser du Caire les prostituées européennes.

Usant aussi bien de la guerre que de la diplomatie, Baybars parvint à maintenir les croisés chrétiens sur la côte nord de la Méditerranée. Car la propspérité qui marque son règne doit aussi beaucoup à ses victoires extérieures. Il dépensait sans compter pour recruter sans cesse de nouveaux Mamlûk. Il exigeait de lourds tributs des cités étrangères et des seigneurs vaincus.

Une monnaie frappée sous Baybars.

Baybars mourut assassiné en 1277, à l'âge de 50 ans. Ayant l 'intention de se débarrasser de l'émir Malik Kâher, un prince rival potentiel, il fit un jour mettre du poison dans le verre de l'émir ; mais celui-ci parvint à échanger les verres, et Baybars agonisa durant 13 jours !

La mosquée de Baybars au Caire.

Il ne reste presque rien des monuments édifiés au Caire par Baybars. Il ne fut pas enterré au Caire, mais à Damas ; il n'a donc pas laissé de mausolée. Sa madrasa, qui se dressait à côté de la tombe d'es-Saleh, fut rasée en 1874 pour percer une route et il n'en reste que quelques blocs. Sa Maison de Justice (Dâr el-'Adl), au nord-ouest de la Citadelle, a elle aussi été détruite. Il reste cependant l'une de ses mosquées, mais elle ne retient guère l'attention des visiteurs...

Partager cet article

Repost 0

commentaires

:0049: Dominique :0010: 10/02/2007 13:15



Bonjour, J'espère que tu vas bien.Demain  matin les enfants rentrent en classe.Pense bien à toi.Gros bisous

Nefred 17/02/2007 01:25

Bonsoir, Domi, mon agent de voyage préféré ! ; )
Ca va mieux, on va dire. J'espère que chez vous tout va bien et que la reprise n'a pas été trop dure pour les enfants ; pour Ahmed et toi, ça doit faire un peu de calme dans la journée, non ?
Gros gros bisous à toi et à ta petite famille
Nefred

anne marie 09/02/2007 19:08

Un grand coucou de Louxor ! !  Bisous et a mardi   @nne marie
PS, je reviens de Deir el medina et ce fut une super journee ! !  Je te raconterai

Nefred 17/02/2007 01:22

Chouette, un coucou de la fascinante Louqsor ! ; )
Deir el-Medina, j'ai hâte que tu racontes... J'ai dit à Theti que c'était un passage obligé du prochain voyage, insha'a l-llah !
Bisous
Nefred