Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

19 février 2007 1 19 /02 /février /2007 08:52

Un farouche guerrier circassien, tel que ceux qui formaient les rangs des Burgi Mamlûk.

Tout comme les Bahri Mamlûk qui les ont précédé, les Burgi Mamlûk doivent leur nom à l'endroit où ils étaient initialement cantonnés : leur nom de Burgi leur vient en effet des la tours (« burj », en arabe, « burg » en masri) de la Citadelle du Caire. C'est le sultan el-Mansûr Seyf ed-Dîn Qâlâwûn qui installa dans le donjon de la Citadelle du Caire les Mamlûk circassiens qui formaient sa garde d'élite ; il se méfiait en effet de ses congénères Bahri Mamlûk, dont il redoutait l'avidité de pouvoir et la propension à détrôner les sultans au gré de leurs querelles et intrigues.

La Citadelle du Caire et ses tours (photo Nefred).

Les Burgi Mamlûk sont aussi appelés Mamlûk circassiens, car la plupart d'entre eux étaient originaires du Caucase ; ils étaient formés de Circassiens1 proprement dits, mais aussi de Turcs, de Grecs et de Tatars2. Ils régnèrent sur l'Egypte un peu plus d'un siècle. Cette période est marquée par une grande instabilité et beaucoup d'historiens la considèrent comme l'une des plus sombres de l'histoire égyptienne. Les Burgi Mamlûk ont laissé dans les mémoires une image de guerriers querelleurs et violents, qui se livraient à des exactions incessantes sur les populations civiles et se battaient entre eux jusque dans les rues du Caire. Barqûq, le premier sultan Burgi Mamlûk, fit acheter en grand nombre des Mamlûk circassiens, parfois par groupes de plusieurs centaines.

Guerriers circassiens.

Dès le début du XVe s., pour faire face à une nouvelle invasion mongole dirigée par Timur Lang (Tamerlan), ils levèrent des impôts écrasants, en particulier les Juifs et les Chrétiens, qui étaient en outre humiliés en devant porter des marques distinctives. L'économie égyptienne était la plupart du temps exsangue.

Timur Lang recevant des émissaires, d'après une miniature persane.

Pourtant, les Burgi Mamlûk continuent à développer et embellir Le Caire, la couvrant de soomptueux monuments que l'on peut encore admirer. L'un des plus remarquables est la mosquée construite par le sultan el-Mu'ayyad à l'emplacement d'une prison dans laquelle il avait autrefois été retenu. Tyrannique mais pieux, el-Mu'ayyad dépensa sans compter pour édifier cette mosquée. Rendu extrêmement impopulaire par sa réforme monétaire et les conséquences des épidémies qui marquèrent son règne, il fut inhumé dans l'indifférence générale, sans même un linge pour couvrir sa dépouille.

Grâce à une promenade dans le quartier de Bâb Zuweyla avec notre amie Josiane, nous avons pu voir de l'extérieur la mosquée que el-Mu'ayyad fit construire à l'emplacement du lieu où il avait été emprisonné (à gauche sur l'image, photo Josiane).

Mais le plus grand souverain Burgi Mamlûk fut sans doute el-Ashraf Qâyit Bây, durant le règne duquel l'Egypte connut un renouveau éphémère. Il finança sa politique en levant un impôt d'1/5e des productions agricoles. La mosquée qu'il fit construire en 1472 compte parmi les plus beaux monuments du Caire médiéval.

Un redoutable cavalier tatar.

Mais une crise grave ne tarda pas à éclater, qui précipita la chute des Burgi Mamlûk en la personne d'el-Ashraf Qânsûh el-Ghûri, le dernier grand sultan Burgi. La découverte du passage maritime par le cap de Bonne Espérance, qui permettait aux navires occidentaux de commercer avec l'Inde sans avoir à payer les lourdes taxes imposées par l'Egypte, fut une véritable catastrophe économique pour Le Caire. En 1502, les choses allaient si mal que le sultan égyptien tenta de négocier en vain avec le souverain moghol. Avec l'aide de Venise, à laquelle la nouvelle route faisait également du tort, le sultan leva une flotte qui se porta en Inde pour attaquer la flotte portugaise ; après une première victoire, la flotte mamlûk fut finalement battue en 1509. En plus de la rivalité avec les Portugais pour le contrôle du commerce avec l'Inde, el-Ghori se heurta à l'inexorable expansion ottomane. Le sultan sera finalement tué en 1516, lors d'une formidable bataille qui opposa 14 000 soldats mamlûk à l'armée ottomane, avantagée par son artillerie. L'éphémère el-'Adel Tûman Bây II ne parvint pas à contenir l'envahisseur ottoman, et l'Egypte fut conquise en 1517.

Le sultan ottoman Selim Ier.

C'est presque avec soulagement que les Egyptiens accueillirent les troupes du sultan ottoman. Malmenés par plus d'un siècle de taxes exorbitantes et de désastre économique, ils espéraient que les Ottomans les délivreraient de l'emprise des Mamlûk. Mais ils se trompaient cruellement. Quand le sultan ottoman Selim3 vint en personne au Caire, ils comprirent qu'il venait en maître absolu et que c'en était fini de l'indépendance de l'Egypte et de la gloire du Caire, qui ne serait plus désormais que l'une des villes satellites de l'empire ottoman...

1- Les Circassiens sont aussi appelés Tcherkesses ; vous pouvez, si vous êtes curieux de découvrir les peuples du monde, consulter en suivant ce lien un site sur les Tcherkesses auquel j'ai emprunté l'image des guerriers circassiens : lien .

2- Appelés aussi "Tartares" ; peuple turcophone d'Asie Centrale qui occupa une partie de la Russie, de l'Ukraine et de Sibérie. Certains se joignirent aux Mongols de la Horde d'Or.

3- Selim Ier, sultan ottoman (1512-1520), dit le Cruel ou le Terrible (Yavuz en turc). Il est le père du fameux Süleyman (francisé en "Soliman" ) dit le Magnifique.

Les souverains de la dynastie Burgi Mamlûk :

ez-Zâhir Seyf ed-Dîn Barqûq (1382-1399)
en-Nâsir Farag ibn Barqûq (1399-1405) (1er règne)
el-Mansûr 'Abd el-'Azîz ibn Barqûq (1405)
en-Nâsir Farag ibn Barqûq (1405-1412) (2e règne)
el-Mu'ayyad Abu en-Nâsir Sheykh el-Mahmûdî (1412-1421)
el-Muzaffar Ahmed ibn esh-Sheykh (1421)
ez-Zâhir Seyf ed-Dîn Tatar (1421)
es-Sâleh Nâsir ed-Dîn Mohammed ibn Tatar (1421)
el-Ashraf Seyf ed-Dîn Barsbây (1422-1438)
el-'Azîz Gamâl ibn Barsbây (1438)
ez-Zâher Seyf ed-Dîn Gaqmaq (1438-1453)
el-Mansûr Fakhr ed-Dîn Osmân ibn Gaqmaq (1453)
el-Ashraf Seyf ed-Dîn Inâl el-'Ala'i (1453-1460)
el-Mu'ayyad Shihâb ed-Dîn Ahmed ibn Inâl (1460)
ez-Zâhir Seyf ed-Dîn Khoshqadam (1461-1467)
Seyf ed-Din Yalbây (1467)
ez-Zâhir Tamerbughâ er-Rûmi (1467)
el-Ashraf Seyf ed-Dîn Qâyit Bây (1468-1496)
en-Nâsir Mohammed ibn Qâyit Bây (1496-1497) (1er règne)
Qânsûh Khumsamâh (1497)
el-Ashraf Mohammed ibn Qâyit Bây (1497-1498) (2e règne)
ez-Zahir Qânsûh Ashrafi (1498-1500)
el-Ashraf el-Gambalât (1500-1501)
el-'Adel Tûman Bây I (1501)
el-Ashraf Qânsûh el- Ghûri (1501-1516)
el-'Adel Tûman Bây II (1517)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

VITARD Françoise 22/02/2007 20:13

Bonjour Nefred,
merci pour toutes ces informations historiques.
J'apprécie beaucoup.
Bisous;
Françoise du 28

Nefred 03/03/2007 11:53

Bonjour, Françoise !
Heureux de te relire ! ; )
Content que ces pages d'histoire te plaisent.
Bisous
Nefred

max 19/02/2007 19:57

que de connaissances, dans beaucoup de domaines.C'est toujours avec le même intérêt que je lis tes articles.T'ai envoyé plusieurs mail sans succès.Merci à bientôtMax

Nefred 21/02/2007 21:15

Allah yekhallik, yâ Max... Tu sais, je n'ai pas beaucoup de mérite ; tout cela est une passion.... Heureux que les articles t'intéressent ! ; )
Tu n'es pas parvenu à me contacter par mail ? Bizarre... Je te contacte de mon côté, promis.
A bientôt
Nefred

josiane 19/02/2007 17:21

interressant ! je me suis baladée dans le coin !va voir mon dernier post ça va te rappeler des souvenirs ! bisous cairotes

Nefred 21/02/2007 21:13

Je file voir cela !  Je pense souvent à cette balade qui me donne envie de me plonger un peu plus dans ce Caire hors des sentiers battus...
Gros bisous provençaux
Nefred