Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

21 février 2007 3 21 /02 /février /2007 20:33

 

L'extraordinaire décor de la coupole principale du complexe de Farag ibn Barqûq, merveille de décor mamlûk.

Farag est décrit par el-Mazriqi, le grand historien arabe médiéval, comme « le souverain le plus tragique d'Egypte ». Son nom, Farag, signifie « délivrance, libération » ; il lui fut donné à sa naissance, puis remplacé par son père Barqûq lorsque celui-ci fut emprisonné à el-Kerak, en Jordanie par celui de Balfaq, « calamité », car on pensait que cet enfant portait malheur. A sa libération d'el-Kerak, en 1390, Barqûq lui rend son de Farag pour marquer sa libération.


Son destin est assurément tragique. Il est né en 1389, peu de temps avant que son père Barqûq ne soit arrêté et exilé à el-Kerak, ce qui le fait d'abord considérer avec mépris. Sa mère est une Turque, Khawand Sherîn. Second souverain Burgi Mamlûk, il monte sur le trône très jeune, à l'âge de 10 ans, bien que n'étant pas l'héritier désigné par son père ; il n'a que 23 ans quand il est renversé et assassiné à Damas. Son règne est marqué par les incessantes rivalités entre les factions menées par les émirs mamlûk.

La tradition lui prête une réputation sulfureuse. On dit qu'il n'hésitait pas à intriguer pour s'approprier les biens de ses sujets, qu'il avait un penchant prononcé pour l'alcool et la débauche.

Le savant ibn Khaldûn, qui vit au Caire sous le règne de Farag.

En 1401, il doit faire face à une nouvelle attaque de la Syrie par les troupes de Timur Lang, qui assiègent Damas. Le jeune sultan quitte donc l'Egypte à la tête d'une armée dans laquelle se trouve le célèbre historien et savant Ibn Khaldûn, qui se trouve alors en Egypte. Mais une révolte éclate en Egypte, et le sultan ne tarde pas à repartir pour Le Caire, laissant ses troupes se débrouiller seules en Syrie. C'est Ibn Khaldûn qui devra négocier avec Timur.

En 1405, lorsqu'il apprend que les Mamlûk envisagent de le renverser, il choisit de prendre la fuite. Les Mamlûks mettent alors sur le trône son frère cadet, el-Mansûr 'Abd el-'Azîz ibn Barqûq, qui avait été désigné comme héritier légitime par Barqûq. Ce prince éphémère ne régna que 6 mois et Farag reprit le pouvoir dès 1405.

Le complexe de Farag ibn Barqûq vu par Prisse d'Avennes.

Soucieux d'asseoir sa légitimité, Farag a fait construire dans le cimetière nord, près de la tombe de son grand-père, un vaste complexe funéraire qui compte parmi les plus beaux de la période mamlûk ; il y fait inhumer son père Barqûq, bien que celui-ci ait fondé un autre complexe dans la ville du Caire.

Partager cet article

Repost 0

commentaires