Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

22 mai 2006 1 22 /05 /mai /2006 14:33

"Il n'y a d'autre nuit, d'autre jour, d'autres cieux

Que voir ou ne voir point le ciel de vos beaux yeux."

(Bussy à Marguerite de Navarre, la Reine Margot, en 1575)

 

Franchement, on n'aimerait pas qu'on nous écrive quelque chose d'aussi beau ?

Repost 0
22 mai 2006 1 22 /05 /mai /2006 11:23

 

Ouille ouille ouille ! Dur ce matin, mal de crâne et tout et tout... Temps semi-couvert dehors, Ramsès braille comme un malade parce qu'il a faim...

Mais tout va bien quand même : c'est malgré tout le printemps, les petits oiseaux ne chantent pas mais ils y songent, l'homme de ma vie est sûrement là quelque part et je ne le sais pas encore, mon mal de tête va passer avec un petit cachet, j'ai mon billet pour Paris ... la vie est belle !

Bonne semaine à tous !

Repost 0
20 mai 2006 6 20 /05 /mai /2006 07:38

Yalla !!! Ce matin, la journée commence TRES bien !!! Je bois tranquillement mon bol de qahwa en écoutant l'une de mes chanteuses préférées, la Marocaine Hasnaa... "Shufo habibi ana, shufo shufo..."   Et le rythme bienfaisant de la musique orientale me donne une énergie incroyable ! Un conseil d'ami : n'allumez surtout pas la télé, vous risqueriez de tomber sur des nouvelles déprimantes ; écoutez plutôt des musiques du soleil, ça fait un bien fou ! Yalla, on remue un peu le popotin ! "Shufo habibi ana, shufo shufo..."

 

Bon week-end à tous !!!

 

Repost 0
20 mai 2006 6 20 /05 /mai /2006 04:52

Je vais essayer de poursuivre l'explication du syncrétisme tel que je le conçois et le pratique. Bien entendu, tout cela n'engage que moi, c'est une vision personnelle des choses que je partage ici avec vous sans intention de convaincre. Je le répète, je ne prétends pas détenir une vérité et je ne me réclame d'aucune mouvance spécifique. Je pense que c'est important de bien poser cela en préalable, pour éviter les malentendus.

Artémis d'Ephèse, en Asie Mineure, assimilée à des déesses orientales...

 

Sérapis, dieu gréco-égyptien associant Zeus et Osiris, ou le taureau Apis...

 

Pour comprendre la démarche, il faut commencer par aborder certaines notions historiques. La notion de syncrétisme était présente dans de nombreuses religions anciennes : les Egyptiens ont adopté au cours de leur longue histoire de nombreuses divinités étrangères, comme Ishtar ; Grecs et Romains, par exemple, n'avaient aucun mal à adopter des divinités étrangères, ni à faire des parallèles entre leurs divinités et les divinités étrangères jusqu'à les assimiler. Par exemple, Artémis, en Asie Mineure, a pris de nombreux aspects des déesses mères de la fécondité de l'ancien Orient (Artémis d'Ephèse, en particulier) ; ou les Grecs installés en Egypte ont été capables d'assimiler religion grecque et religion égyptienne, jusqu'à former des divinités gréco-égyptiennes (Sérapis, Harpocrate). Les Romains ont adopté Apollon, dieu grec, et opéré un rapprochement entre dieux grecs et dieux romains ; au fur et à mesure que s'agrandissait l'Empire, les Romains adoptèrent de nombreux cultes étrangers : les Romains de l'Empire eurent un véritable engouement pour les religions orientales (cultes d'Isis, Cybèle la Magna Mater, Mithra, puis même le judaïsme et le christianisme, dans une moindre mesure puisque le monothéisme strict était un frein).

 

 Cybèle, la Magna Mater importée d'Asie Mineure vers Rome...

 

Mithra, dieu oriental très populaire à Rome, principal concurrent du christianisme...

 

De même, certaines religions actuelles ont cette tendance naturelle au syncrétisme. L'hindouisme, par exemple, ne voit aucun mal à faire des rapprochements avec d'autres religions ; la rencontre entre hindouisme et islam a donné le sikhisme ; pour de nombreux hindouistes, Jésus est considéré comme un des avatara, une des manifestations de Vishnou. Le bouddhisme, s'il fait de l'idée de Divin une notion plus abstraite, n'en exclut pas pour autant les traditions qui l'ont précédé ; les bouddhistes népalais ou tibétains continuent à pratiquer des rites issus de traditions animistes, les bouddhistes mongols ont conservé parallèlement le chamanisme. En Amérique latine s'est opéré un syncrétisme entre les religions précolombiennes et le catholicisme, que l'Eglise a bien été obligée de tolérer (ce que ne font pas, du reste, les fondamentalistes protestants américains qui évangélisent de façon brutale dans ces régions, en particulier au Brésil, mais c'est un autre sujet). Confucianisme et taoïsme se sont très bien accommodés du bouddhisme.

 

 Vishnu, dieu hindou dont Jésus est considéré comme un des avatara...

 

Le christianisme lui-même, à ses débuts et à différentes périodes de son histoire, n'a pas pu empêcher totalement ce syncrétisme ancien de s'opérer : la parenté entre la Vierge et les anciennes déesses mères ou Isis est évidente, les représentations du Christ et la symbolique chrétienne ont repris nombre de traits du mithraïsme, etc. Nombre de saints ou de lieux sacrés, de traditions sont issus d'un fonds plus ancien. Cependant, il à remarquer que les religions monothéistes, ou plutôt les trois religions du Livre (judaïsme, christianisme, islam), n'ont pas cet aspect d'ouverture et de tolérance ; elles prétendent détenir une vérité absolue qui exclut toute autre, ce qui tient en partie au fait même qu'elles définissent le Divin sous une forme unique.

 

 

 Etrange parenté entre ces deux représentations, qui n'est pas due au hasard : en haut, la déesse Isis allaitant Harpocrate sur une fresque égyptienne d'époque romaine de Karanis ; en bas, la Vierge allaitant l'Enfant dans une oeuvre de la fin du XVe s.

A ce niveau, il faut peut-être expliquer deux notions importantes.

D'abord, la notion de polythéisme / monothéisme : ce que nous appelons "polythéisme", la croyance en plusieurs dieux, est souvent mal compris, car considéré de façon superficielle. Il faut bien avoir conscience que les divinités, les mythes, les cosmogonies, sont des symboles, non des vérités absolues ; seule la religion populaire prend à la limite les choses au pied de la lettre, parfois spontanément, parfois sous l'influence d'un clergé qui cherche ainsi à acquérir une forme de pouvoir. Cependant, dès que l'on a la chance de pouvoir s'adonner à l'étude, on comprend rapidement que tout cela est symbolique ; le polythéisme n'est en réalité qu'apparent : les différentes divinités ne sont que les différents aspects d'une même réalité, que l'esprit humain ne peut concevoir dans sa totalité. Sous le polythéisme apparent, il y a un monothéisme de fond. Ainsi, polythéisme et monothéisme proposent deux façons différentes d'aborder la question du Divin : le polythéisme est conscient du caractère si abstrait du Divin qu'il le décline dans ses différents aspects pour le rendre accessible à l'homme ; le monothéisme, au contraire, pose comme condition préalable une vision très abstraite, qui a dû au fil du temps accepter quelques entorses pour convenir aux croyances populaires (ainsi s'est développé, malgré les réticences de l'Eglise, le culte de la Vierge et des saints).

Ensuite, l'aspect symbolique lui-même. La religion, la spiritualité, sont faites de symboles destinés à servir de support à la réflexion. Il faut également avoir conscience que nombre de traditions sont nées et se sont développées à des époques où l'instruction était réservée à une élite et où il fallait utiliser des images pour expliquer les choses au commun des mortels. L'aspect pervers, c'est qu'ensuite ces symboles ont pu être pris au pied de la lettre, vidés de leur vraie substance et même utilisés par certains hommes pour asseoir leur pouvoir sur d'autres. Ainsi, il convient toujours en matière de religion, de faire la distinction entre ce qui est d'ordre réellement spirituel et ce qui relève de l'histoire, de l'intervention purement humaine à des fins matérielles. C'est l'essence d'un message qu'il faut s'efforcer de comprendre, pas la forme qu'il prend ou le folklore qui l'entoure, même si l'homme est ainsi fait qu'il a besoin de rites.

 

Compliqué tout ça, non ? Nous allons arrêter là pour le moment et nous reposer un peu le cerveau. Je crois qu'il est urgent d'appeler notre squaw préférée pour nous détendre un peu...

Repost 0
19 mai 2006 5 19 /05 /mai /2006 18:45

J'ai reçu de mes parents une éducation chrétienne catholique ; elle m'a apporté certaines blessures, je n'en ai pas tout gardé, mais en fin de compte je les en remercie beaucoup : ils m'ont ouvert de ce fait la voie vers la spiritualité et m'ont permis d'envisager quelque chose qui transcende l'humain. J'ai été catholique très fervent durant une partie de mon adolescence, puis le rejet par l'Eglise de mon homosexualité a fini par provoquer un rejet réciproque de ma part ; j'ai vécu quelque temps sans Dieu, mais une dimension manquait à ma vie malgré tout. Par la suite, j'ai tenté de faire la paix avec le catholicisme, mais le divorce était définitivement consommé et je ne pouvais plus admettre certains aspects étriqués et réducteurs de cette religion, ni certaines de ses contradictions, encore moins tout ce dont elle s'était rendue coupable par le passé et les erreurs dans lesquelles elle persévérait. Parallèlement, en particulier à travers mes études d'histoire de l'art, mais aussi par curiosité intellectuelle et intérêt pour d'autres civilisations, je découvrais d'autres traditions religieuses, qui allaient fortement influencer ma propre spiritualité et me permettre de faire la paix non pas avec le Dieu des chrétiens, mais avec ce que j'ai coutume d'appeler "le Divin". Il s'agit pour l'essentiel de l'hindouisme et du bouddhisme, mais également un certain nombre de cultes animistes.

 

 

Aujourd'hui, j'ai opté pour un syncrétisme religieux, ce qui signifie que je ne me revendique d'aucune religion ni d'aucune tradition particulière, mais que je retiens dans chacune ce qui me semble pertinent afin de mener mon propre parcours spirituel.

Repost 0
19 mai 2006 5 19 /05 /mai /2006 10:20

Ca date un peu (premier album en 1979...), mais c'est un groupe que j'ai adoré et que j'écoute toujours avec plaisir : Adam and the Ants. Quoi, ça ne vous dit rien ? Mais où étiez-vous donc dans les années 80 ? Issu de la mouvance punk à l'origine, c'est un groupe qui a fait partie de ce mouvement anglais qu'on a appelé "new wave", vous savez, genre look délirant et musique inclassable. Le délire d'Adam and the Ants se situait entre le XVIIIe s. et un goût prononcé pour les Amérindiens, assumant sa filiation punk (Adam a fréquenté les grands de la scène punk à la fin des 70's : Sid Vicious, Siouxsie, ça vous dit ?) mais la modérant avec des accents pop. Et le Adam en question n'était pas vilain du tout, ce qui bien entendu ne gachait rien.

 Avec un bandit pareil, j'aimerais bien être la marquise dans le carrosse, voyez-vous...

"Stand and Deliver", une de mes chansons favorites, de l'album "Prince Charming" (1981), allie une rythmique très post-punk avec des choeurs à la Clash, un aspect western kitsch, des cris amérindiens, et la voix très particulière d'Adam, le tout avec un accent très pop anglaise ; à découvrir si vous ne connaissez pas, ça vous surprendra.

L'album "Prince charming"...

 

Dans "Beat my guest", très agréable pop anglaise, on retrouve ce côté new wave très marqué post-punk teinté de la touche amérindienne qui fait la particularité du groupe. En réécoutant, je me rends compte de la parenté avec les Clash, qui ne m'était jamais apparue aussi évidente.

 Adam joliment maquillé...

Mais celle que je préfère, et qui est vraiment caractéristique du style si particulier d'Adam and the Ants, est sans conteste "Kings of the Wild Frontier" ; tous les ingrédients y sont. Ah, ça fait toujours autant de bien à écouter ! Sur l'album du même nom (1980), on trouve aussi "Dog eat Dog", "Ant Music", "Human Beings" , "Making History"... Tout l'album est ex-cel-lent !

 L'album "Kings of the Wild Frontier".

Pour les (re-)découvrir, je vous conseille ce site très très bien fait et complet.

 

Repost 0
19 mai 2006 5 19 /05 /mai /2006 10:13

 

Aujourd'hui, humeur du genre "cerveau en compote"  au moment où sonne le clairon (ah, la Clairon....). Mais courage, ce soir la semaine est finie.

Bonne journée à tous !

 

Repost 0
18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 13:29

Je vous ai déjà présenté Ramsès, mon gros matou. Mais j'aimerais commencer la rubrique sur les félins en vous parlant un peu plus de lui. Il est tout à la fois mon complice, mon soutien dans les moments difficiles (les chats y sont très sensibles, nous en reparlerons...), le bon génie de la maison et un être fascinant qui ne cesse de m'attendrir et de m'étonner.

 

 

 

Ramsès - ou Ramessou, selon le diminutif égyptien antique du prénom "Ramesses" - est arrivé dans ma vie il y a environ 9 ans, déjà. Je venais de perdre dans des circonstances douloureuses mon précédent chat, Amenophis, que nous avions adopté, mon compagnon et moi, dans un refuge ; il était atteint d'un cancer et j'ai dû me résoudre à le faire euthanasier pour abréger ses souffrances, moment pénible s'il en est... Devant ma tristesse, la secrétaire m'a proposé de m'appeler si on venait leur abandonner des chats, ce qui arrive malheureusement, toujours pour de prétendues "bonnes raisons" (l'arrivée d'un enfant, un déménagement, etc.). Bref, je ne vais pas commencer à m'énerver sur la question...

 

Quelque temps après, coup de fil inattendu : c'est la secrétaire du vétérinaire, qui me dit qu'elle a deux chatons à adopter qui viennent d'arriver, qu'elle cherche à les placer au plus vite pour diminuer le traumatisme. Je me rends donc sur place avec mon compagnon et on nous présente les deux chats : un tout petit de quelques mois, boule de poil gris tigré qui s'avance tout de suite vers nous ; et un autre plus grand, au pelage tabby à dominante blanc et noir, qui semble effrayé (il venait d'être abandonné depuis très peu de temps), une grande tristesse dans son beau regard vert doré... C'est mon Ramsès. Notre choix s'arrête sur lui, c'est cruel d'avoir à faire un tel choix ; mais nous nous sommes dit que de toute façon le petit avait plus de chances d'être adopté.

 

  Coussins, tapis, fauteuils sont indispensables au sommeil de monsieur...

 

 

Ramsès avait alors 10 mois, déjà de grande taille, avec une tête toute mince comme le chat oriental. J'ignore ce qui lui est arrivé durant les 10 premiers mois de sa vie, et pourquoi il a été abandonné. Ce que je sais en revanche, c'est qu'il a une peur bleue des enfants (j'ai pensé qu'il était peut-être dans une famille où des enfants le maltraitaient, ou qu'on l'avait abandonné à l'arrivée d'un enfant...), et qu'il est traumatisé par cet abandon ; je dois toujours le rassurer quand je m'absente et il est tout le temps collé à moi. Ca va mieux qu'au début, mais il reste inquiet. Les gens qui abandonnent un animal devraient penser un peu plus au mal qu'ils lui font ; mais j'oubliais que l'animal a dans notre société un statut qui ne lui reconnaît en général pas le droit aux émotions ; et puis les humains sont bien capables d'abandonner leur propres enfants, alors... Bref, là encore, je ne vais pas m'énerver sur le sujet...

  

Arrivés à la maison, le petit Ramsès s'est caché direct derrière la machine à laver et n'en est sorti que tard dans la journée, à pas timides, pour enfin manger un peu. Mais le soir, il est venu dormir avec moi, couché sur mon bras et bien blotti. Ca y est, il avait adopté son humain et notre amitié était née. Depuis, il a gardé cette habitude de venir tous les soirs faire un câlin avant de dormir (après il s'en va, parce que je bouge énormément en dormant et qu'après avoir valsé deux ou trois fois en pleine nuit, il a vite compris qu'il était dangereux de rester trop prêt quand je dors...! ). Comme j'étais au chômage à l'époque, j'ai passé beaucoup de temps avec lui, ce qui fait que les liens sont devenus très forts. Quand je me suis séparé de mon copain, j'ai gardé Ramsès, pour rien au monde je ne l'aurais laissé.

  

 

Vous avez vu la fameuse barbiche ?

 

 

Comme tous les chats gâtés, Ramsès est relativement capricieux. Il m'arrive bien de le gronder, mais souvent il me fait trop rire quand il fait une bêtise, avec son air de dire : "quoi ? j'ai rien fait moi !" ou m'attendrit avec ses yeux tristes (le chat est un habile comédien, qu'on ne s'y fie pas...) ; ça me laisse imaginer, d'ailleurs, à quel point je me serais fait mener par le bout du nez si j'avais eu des enfants... Contrairement à ce qu'avancent souvent ceux qui n'aiment pas ou ne connaissent pas les chats, un chat est très affectueux et attaché à son humain si on sait respecter les règles du jeu ; les "règles du jeu", c'est respecter son indépendance de félin tout en étant proche, en gros. Il aime regarder parfois la télé, surtout bien entendu les émissions animalières (son dernier reportage en date concernait les tigres, ses cousins ; trop drôle à voir le chat assis sur le fauteuil à regarder les tigres à la télé !), apprécie la musique, mais surtout l'invention humaine qu'il préfère est le confort : coussins, tapis, fauteuils sont indispensables au sommeil de monsieur... Par contre, il voue une haine féroce à l'ordinateur, car c'est quasiment le seul interdit de la maison : il n'a pas le droit de grimper près de l'ordinateur, avouons que dans un esprit de chat, c'est un pur scandale ! Et, pour finir,  Ramsès a une particularité : c'est un chat aussi bavard que son humain ; il a une gamme étendue de miaulements pour s'exprimer et ne se prive pas de l'utiliser ; parfois, on n'entend que lui, surtout bien sûr quand il a décidé d'être le centre d'intérêt et que je fais autre chose.

  

Bon ça y est, il est fini ce reportage qu'on puisse dormir tranquille ?

 

 

Gaga, moi, avec mon chat ? Non...

Repost 0
Published by Ankh-Neferkheperourê - dans Temple de Bastet-Les félins
commenter cet article
18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 09:12

 

Du point de vue de la météo, arrrrgggghhhh ! Il fait à nouveau gris, un ciel couvert et les températures qui chutent !!! Ca, c'est parce que ma belle-soeur m'a annoncé hier soir que mon frère avait adopté sa tenue d'été  à la maison !!!

 

Bon, n'empêche que ça n'entamera pas ma bonne humeur ; de toute façon, pas besoin de soleil quand on doit passer la journée enfermé au bureau, na !

 

 

Repost 0
Published by Ankh-Neferkheperourê - dans Papyrus Humeur du jour
commenter cet article
18 mai 2006 4 18 /05 /mai /2006 04:51

"Wir sind die Treibenden.

Aber den Schritt der Zeit,

nehmt ihn als Kleinigkeit

im immer Bleibenden.

Alles das Eilende

wird schon vorüber sein ;

denn das Verweilende

erst weiht uns ein.

Knaben, o werft den Mut

nicht in die Schnelligkeit,

nicht in den Flugversuch.

Alles ist ausgeruht :

Dunkel und Helligkeit,

Blume und Buch."

(Rainer Maria Rilke, Les Sonnets à Orphée, 1922 )

Traduction (pour les non-germanistes) :

"Nous sommes les pressés. / Mais la marche du temps, / tenez-la pour peu de chose/ au sein du toujours permanent .

Tout ce qui est vitesse / ne sera que déjà terminé ; / car c'est ce qui s'attarde / qui seul nous initie.

Jeunesse, oh ! ne  jette pas / ton courage dans la rapidité, / dans les tentatives d'envol.

L'obscurité et la clarté, / la fleur et le livre : / tout est repos."

Repost 0
Published by Ankh-Neferkheperourê - dans Temple de Hou - Citation
commenter cet article