Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

4 janvier 2007 4 04 /01 /janvier /2007 08:42

Vous me connaissez bavard, et là je manque de courage pour écrire. C'est que le retour dans notre froide Europe est difficile. J'ai le plaisir de retrouver ma famille et mes amis, mais quelle corvée de retrouver mon nouveau boulot : exilé dans un bureau isolé, sourires et regards fourbes à tous les étages, rien d'intéressant à faire (en fait, on ne me confie rien du tout, je dois improviser pour ne pas mourir d'ennui...)... Si je n'ai pas compris que je ne suis pas le bienvenu et qu'on s'efforce de me décourager, c'est que je suis idiot...

Heureusement, le chef de service est en vacances, ça m'en fait aussi. En guise de bienvenue, monsieur avait trouvé bon de m'aggresser d'entrée... Quant à celui qui est encore au-dessus de lui (et oui, on multiplie les chefs et sous-chefs, ça permet de diluer les responsabilités...) , il commence à s'affoler, car il voit bien qu'il y a un problème et que je suis loin d'être content. D'où les ronds de jambe avant de filer se réfugier dans son bureau... lol

Bref, rude retour, il va falloir trouver la bonne façon de réagir et de ne pas se laisser faire tout en évitant la casse. Et comme le Nefred est plutôt d'un tempérament bouillonnant, on s'efforce de garder la tête froide et de trouver la meilleure stratégie... Je crois que du point de vue du boulot, le début 2007 s'annonce.... musclé ! lol

Repost 0
1 janvier 2007 1 01 /01 /janvier /2007 00:01

 

Image Hosted by ImageShack.us

Repost 0
31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 23:56

Lorsqu'une nouvelle année commence, on a pour usage de formuler des voeux. Quelquefois de façon presque automatique, machinale, presque sans le penser vraiment ; souvent sincèrement, mais en sachant bien, au fond, que ça ne se réalisera sûrement pas... Ce qu'on appelle des "voeux pieux"...

Pour cette nouvelle année 2007, prenons-nous à rêver que nos voeux pieux puissent devenir réalité. Que le monde soit un peu plus régi avec le coeur et un peu moins avec le portefeuille. Que la paix, l'amour et l'amitié remplacent la haine et la cupidité. Que nous sachions faire de nos différences une richesse et non une raison de s'affronter, que notre soif de connaître s'étende à l'autre dans sa réalité et que notre coeur s'ouvre à lui dans ce qu'il est, et non ce que nous voudrions qu'il soit. Que nous réapprenions à prendre le temps, le temps de vivre, d'être attentif, d'écouter, de regarder ; le temps de goûter à tous les petits bonheurs que la vie nous offre au lieu de courir après des bonheurs illusoires. Que nos mains se tendent sans arrière-pensée vers l'autre qu'on ne voit plus à trop se regarder...

Des voeux pieux, certes... Mais parfois de petits efforts individuels deviennent de grands changements. Et si nous décidions de changer déjà ce qui est dans notre coeur, dans notre vie ? Petite entreprise, mais tous ces petits efforts mis bout à bout pourraient faire naître un grand espoir...

Les enjeux de 2007, nous y aurons notre part. Ce que l'on peut donc souhaiter, c'est que nous saurons saisir l'instant pour faire de notre mieux.

Grosses bises à tous, savourez ces instants auprès de ceux que vous aimez, rêvez car le rêve est la réalité de demain... Et que nos voeux pieux fassent leur chemin.

Repost 0
31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 11:22

Image Hosted by ImageShack.us

Sur cette photo prise à l'aéroport du Caire au moment de notre départ pour la France, on peut voir le nombre impressionnant d'avions en partance pour Jeddah, en Arabie Saoudite : l'aéroport vivait alors à l'heure du "Hagg", le pélerinage à La Mecque. Nous avons croisé ces "Hagg", les pélerins égyptiens vêtus de blanc, qui s'apprêtaient à vivre l'un des plus grands moments de leur vie...

 

Ceux d'entre vous qui sont allés en Egypte ont dû remarquer ces maisons sur la façade desquelles on a peint la Kaaba de La Mecque, ou la grande Mosquée, accompagnées d'un avion ou d'un bateau... Ce sont les maisons de ceux qu'on appelle en Egypte les « Hagg » (en arabe classique « Hajj » ), ceux qui ont effectué le pélerinage à La Mecque. Le mot « Hagg » désigne à la fois le pélerinage lui-même et le pèlerin ; à son retour, celui qui a effectué ce voyage peut faire précéder son nom de celui de « hagg », et il jouit du respect de tous.


Le Hagg est ce qu'on appelle l'un des 5 Piliers de l'Islam, l'une des obligations de chaque fidèle. Tout musulman se doit en principe de se rendre au moins une fois dans sa vie en pélerinage sur les lieux saints de La Mecque, en Arabie Saoudite. Les temps forts du pélerinage sont l'ascension du mont Arafat, la circumambulation autour de la Kaaba et la laipdation des piliers symbolisant Mina, le diable. Le point culminant est l'3id el-Kebir, le sacrifice du mouton en souvenir du sacrifice d'Abraham*. Selon la croyance, Dieu accorde la rémission des péchés à celui qui a effectué le pélerinage, il est en état de pureté. Cette pureté, qui est aussi obtenue par l'observation d'une série de rituels, est symbolisée par le vêtement blanc que portent les Hagg durant tout le pélerinage : pour les hommes, deux pièces d'étoffe blanche non cousues, drapées autour du corps ; pour les femmes des vêtements blancs.


Lors de notre envol du Caire pour Paris, l'aéroport était envahi de pélerins en partance pour Jeddah, lieu d'arrivée des pélerins. Selon l'hebdomadaire égyptien al-Ahram, plus de 68 000 Egyptiens se seraient cette année mis en route pour La Mecque. Les autorités Saoudiennes délivrent les visas au compte-goutte, une véritable marée humaine converge vers les lieux saints depuis le monde entier. Pour le pèlerin, c'est souvent l'aboutissement de toute une vie d'efforts et d'économies, car le voyage, même depuis l'Egypte qui est si proche de l'Arabie, coûte très cher : au minimum 15 000 livres égyptiennes ! Le départ d'un Hagg est un grand moment pour sa famille, mais aussi pour son village ou son quartier ; à son retour, il rapportera à ses proches des cadeaux ramenés des lieux saints.


Une tradition ancienne aujourd'hui disparue liait l'Egypte aux lieux saints au moment du pélerinage. L'étoffe recouvrant la Kaaba était traditionnellement fabriquée en Egypte, au Caire, à Dar el-Keswa el-Sharifa, et transportée par une caravane haute en couleurs depuis la capitale égyptienne jusqu'aux lieux saints. C'était un grand moment de l'année égyptienne, le signe du départ pour les Hagg égyptiens, l 'occasion d'une grande fête remontant au Moyen Age. Cette tradition a cessé récemment, en 1962.

Par l'un de ces hasards qui arrivent quelquefois, la fête étant mobile et établie selon un calendrier lunaire, l'3id el-Kebir coïncide cette année avec la st Sylvestre, le passage à la nouvelle année occidentale. Ainsi nos amis Egyptiens et musulmans en général fêteront à la fois la nouvelle année officielle et l'3id :

bonne fête de l'3id à tous nos amis !

Pour aller plus loin, voici le lien vers l'article publié dans al-Ahram .

* Comme nous l'explique notre amie Josiane dans un article à ce sujet, en Egypte on sacrifie également des vaches ou des bufflonnes - selon un rite dont on peut se demander s'il ne remonte peut-être pas à une Antiquité pré-islamique, comme l'Egypte en a le secret.

Repost 0
31 décembre 2006 7 31 /12 /décembre /2006 10:19

Pour finir l'année en beauté et partager avec vous un peu de ces instants magiques, un petit florilège de ce que nous avons vu en Egypte... Cette Egypte fascinante de constrastes, si riche d'autre chose que la seule période pharaonique ; cette Egypte dont on tombe amoureux pour toujours une fois qu'on lui ouvre son coeur...

Bonne fin d'année 2006 à toutes et à tous, et gardez au coeur une certitude : cela vaut toujours la peine de cultiver ses rêves, un jour ils peuvent devenir réalité...

Ce soir j'aurais à mes côtés un peu de chacun d'entre vous, les amis rencontrés par le net à travers le pays et à travers le monde ; et un peu de moi sera à vos côtés. L'amour et l'espoir en l'humain au-delà du matérialisme de ce siècle, voilà la clé pour des lendemains meilleurs. Non ?

 

Repost 0
29 décembre 2006 5 29 /12 /décembre /2006 19:36

Comme je vous l'ai déjà dit, c'est sur le blog de Theti que figurera le récit du voyage proprement dit ; nous y travaillerons en commun. Vous pouvez d'ores et déjà y trouver le récit de notre départ de France et de notre arrivée en Egypte...

Ici, je vous raconterai plutôt des anecdotes de voyage, la façon dont j'ai vécu les choses et je vous parlerai des monuments que nous avons visités et de ce que nous y avons apprécié.

J'ai choisi de commencer par les premières fois de Theti, parce qu'elles valent le détour, comme vous allez pouvoir en juger dans un instant. Vous le savez, c'était son premier voyage en Egypte ; mais aussi son premier voyage hors d'Europe... Autant dire que pour elle le dépaysement fut plus grand encore que pour moi. Et que l'enjeu était qu'elle soit sous le charme de ce pays.

La première larme de Theti en Egypte, ça a été lorsque l'avion s'est posé sur le sol égyptien et est venu se placer devant la façade de l'aéroport, sur laquelle elle a pu voir le nom de la ville pour la première fois écrit en anglais et en arabe. Tellement émue la Theti qu'elle en a loupé sa photo. Trop touchant ! Je ne fais pas le malin, parce que pour ma part, la petite larme est venue en survolant Louqsor en se disant : "ça y est, ehna fê biladi, on est au pays ! ". Mais les hommes apprennent à cacher leurs petites larmes, virilité mal placée oblige...

L'autre étape importante, c'est la première fois que Theti a marchandé pour faire un achat. C'était à Aswan. Je l'avais traînée en ville et elle avait prévenu : "je paie le prix qu'on me dit, ou je m'en vais si c'est trop cher, mais je ne sais pas marchander ! " Nous quittons le bateau, remontons depuis les quais sur la corniche et je crois bon de lui rappeler une dernière fois les règles pour traverser une rue en Egypte : peine perdue, voilà ma Theti qui se jette sans hésiter  pour sa première traversée de rue comme si elle avait fait ça toute sa vie, s'élançant juste derrière une voiture au milieu des taxis, voitures particulières et incontournables calèches ! J'ai dû courir pour la rattrapper !

Premier objectif : acheter des piles pour son appareil photo. Je sers vaguement de traducteur, mais je la laisse se débrouiller. Le marchand égyptien annonce un prix, et voilà ma Theti qui s'élance hors de la boutique, disant que c'est trop cher, que ça ne vaut pas plus de ... , le marchand à ses trousses. Le temps d'un : "qu'est-ce qu'il me veut celui-là ! " , je parviens à lui expliquer que c'est ok, que le marchand lui vend les piles au prix qu'elle demande... L'Egyptien en est aussi médusé que Theti elle-même, recompte sur ses doigts pour voir s'il n'a pas fait une trop mauvaise affaire. Et moi je suis mort de rire : sans le savoir, elle a découvert par elle-même l'une des techniques du marchandage, il ne reste plus qu'à apprendre à ne pas partir trop loin... lol

En réalité, elle avait déjà fait à peu près le même coup pour un T-shirt sur le bateau, mais sur le bateau ça ne compte pas, c'est trop facile...

Juste après, la première promenade de Theti dans un vrai soukh égyptien, toujours à Aswan. Nous allons dans la partie restée intacte, celle qui n'a pas encore été transformée en galerie commerciale aseptisée pour touristes... Ma Theti n'en mène pas large, nous sommes les deux seuls Européens ; impressionnée par le dépaysement, l'ambiance, les couleurs et les odeurs. Finalement, nous entamons la conversation avec Joseph, un marchand d'épices dont nous reparlerons... Et Theti se détend, elle commence à se laisser séduire par l'ambiance du soukh d'Aswan. Tayyeb !

Dans la foulée, elle a droit à son premier rituel du thé chez un droguiste nubien auquel je compte acheter du sewak... Première réaction de la fière Theti : "non, je ne veux pas m'asseoir et boire le thé ! "... Elle finit par se laisser convaincre et nous passons alors l'un des meilleurs moments de notre voyage, qui vaudra un récit à lui seul qui pourrait s'intituler : "fou rire général dans la boutique du droguiste, ou la nouvelle blague du soukh d'Aswan"...

Le lendemain, et nous en resterons là pour aujourd'hui, premier convoi pour Theti. Elle a un bol terrible pour cette première fois aussi, les policiers ne nous font pas attendre trop longtemps et nous filons bon train d'Aswan à Abu Simbel. Premier contact avec le désert, malgré l'heure très matinale Theti est subjuguée et multiplie les photos... Je suis heureux pour elle, car je sais qu'elle est en train de tomber amoureuse de ce pays en plus d'aimer l'Egypte pharaonique...Heyya mabsûta 'awi, elle est en passe d'être conquise !

 

Repost 0
28 décembre 2006 4 28 /12 /décembre /2006 06:58

Yalla ! Difficile de quitter la chaleur du lit pour affronter le froid et se préparer : un vrai temps à hiberner ! Hier soir, j'ai eu une surprise qui m'a réjoui : j'ai trouvé à Toulon une boutique de produits orientaux dans laquelle on trouve du foul, de la molokheyya, du café turc et tout ce qu'il faut pour se concocter des soirées égyptiennes pour conjurer l'hiver... C'est pas merveilleux, ça ?

Les photos sont transférées sur l'ordinateur, reste à les classer et à corriger les quelques petites imperfections et à vous faire le récit de notre voyage. Theti et moi avons décidé, pour éviter les doublons, de procéder de la sorte : le récit général du voyage, photos à l'appui, se fera sur le blog de Theti. Ensuite, chacun parlera sur son propre blog des anecdotes, de ce qui l'a marqué, de la façon dont il a vécu les choses. De cette façon, nous pourrons vous présenter plus rapidement ce que nous avons vécu en Egypte.

Il faut que je vous avoue aussi que je limite un peu le Net le soir, car il me faut récupérer pour être en forme au travail le lendemain. Juste un petit temps de réadaptation et vous retrouverez le Nefred bavard que vous connaissez... lol

Bon, yalla ! La salle de bain doit être assez chaude à présent, je file à la douche ! Bonne journée à tous, et à très vite !

En avant-première, rien que pour vous et vous faire patienter, les premières images :

Nefred au réveil à Hurghada : un chat qui s'étire...

... et Theti et Nefred à Amarna, surplombant Akhetaton depuis les tombes nord.

Repost 0
26 décembre 2006 2 26 /12 /décembre /2006 06:09

Toutes les bonnes choses ayant paraît-il une fin, nous voici de retour en France après un séjour en Egypte qui fut littéralement fabuleux. Ici, il fait un froid terrible qui nous fait regretter la douceur du climat égyptien ; sans compter le froid tout aussi déroutant des visages et des coeurs dans cette Europe à laquelle il faut se réhabituer... Content de vous retrouver, les amis, ça c'est une certitude, mais triste d'avoir quitté ce pays de coeur, comme je l'appelle volontiers, biladi el-thâni, mon second pays.

Un grand bravo à notre agent de voyage préférée, Domi, qui nous a concocté ce magnifique programme riche en découvertes dans des conditions idéales, et merci pour toutes les surprises qu'elle nous a réservées comme je vous le raconterai.

L'Egypte reste toujours aussi fascinante, les Egyptiens toujours aussi gentils et accueillants. Bref, un nouveau petit morceau de mon coeur est resté là-bas, sur les rives du Nil, dans le désert sublime et sur les rives de la mer Rouge. Et, plaisir suprême, Théti ukhtî est tombée amoureuse de l'Egypte d'aujourd'hui et a apprécié de découvrir les richesses de l'Egypte musulmane. De l'eau du Nil, nous en avons bu plus que de raison, karkadé, thé à la menthe, café turc à la cardamone et le délicieux laymun, le jus de citron égyptien savoureux que nos amis nous ont fait découvrir... Nous commençons déjà à parler du programme du prochain voyage, insha'a l-Llah !

Un grand merci à Anne-Marie et Amr, Domi et Ahmed, Josiane et Reda pour leur chaleureux accueil, les beaux moments passés ensemble et cette autre Egypte que chacun nous a fait découvrir. Je pense bien fort à vous et vous êtes dans mon coeur à chaque instant. Une pensée amicale aussi pour nos guides, Ehab et Amro, les chauffeurs qui nous ont fait parcourir des centaines de kilomètres dans la bonne humeur, ainsi qu'aux amis Egyptiens rencontrés au hasard de nos pérégrinations, comme Mohamed notre réceptionniste préféré qui déjà nous envoie des mails en espérant que nous ne l'avons pas oublié. Car c'est aussi ça l'Egypte, la chaleur humaine. Je vous raconterai bien sûr tous ces moments, la rencontre avec Anne-Marie et Domi à Hurghada, avec Josiane au Caire... Cette Egypte hors des sentiers battus qu'elles nous ont offert avec cette étrange alchimie que crée le net qui nous fait nous rencontrer "en vrai" avec le sentiment que nous nous connaissons depuis toujours.

Merci enfin à Petra et Christophe qui nous ont accueilli avec tant de gentillesse à Paris à l'aller et au retour, une chaleur humaine qui met du baume au coeur.

Et merci à vous tous pour vos messages qui font tout aussi chaud au coeur, dans notre petite communauté d'internautes l'humain prévaut sur le virtuel...

Pour le récit du voyage et les photos, nous allons procéder par étapes. Vous pensez bien que tout est encore là, gravé dans notre tête et notre coeur ; mais il faut le temps "d'atterrir", de reprendre ses esprits tant le rêve réalisé reste incroyable. Sans compter que nous vous avons ramené plusieurs centaines de photos qu'il va falloir classer et commenter : nous sommes aussi prolixes en photos que nous sommes bavards, ce n'est pas peu dire !

Il faut que je vous laisse, car rentrer en France, c'est aussi reprendre le travail... en se disant que c'est pour financer le prochain voyage, insha'a l-Llah ! Ce soir, j'irai chercher mon petit Ramessou, qui a passé des vacances toulonnaises confortables mais ne va pas manquer de me rappeler que je l'ai laissé pendant 15 jours : la douceur de Bastet ou la vengeance de Sekhmet, quelle surprise me réservera mon félin préféré ? Je vous dirai ça ce soir en direct !

Bonne journée à tous, et pitié les Egyptiens, envoyez nous du soleil même si pour vous il est froid : le notre est glacial !!! lol

Repost 0
20 décembre 2006 3 20 /12 /décembre /2006 06:37

Côté beauté et couleur s'alliant à la saveur, notre jardin optera pour la framboise. Mais pas la framboise ordinaire, qui ne conviendrait pas à la magie des lieux. Non, la framboise jaune, à la saveur plus délicate et à la couleur radieuse !

Repost 0
Published by Nefred - dans el-Genena
commenter cet article
18 décembre 2006 1 18 /12 /décembre /2006 11:16

Au moment ou vous lirez ces quelques lignes, nous serons insha'a l-Llah en route pour Le Caire, a travers le magnifique desert Arabique... Convoi obligatoire et arrivee a une heure difficile a preciser, en fin d'apres-midi - comme il fait nuit tot ici, ca sera le soir pour nous ! lol

Nous nous sommes regales de ces moments passes avec Anne-Marie, helas trop brefs. De beaux souvenirs d'amitie qui font chaud au coeur. Merci a Anne-Marie et Amr, Domi et Ahmed pour leur accueil chaleureux.

Au Caire, c'est Josiane que nous allons rencontrer, les numeros sont prets pour se retrouver. La semaine qui arrive sera encore riche en decouvertes et emotions : des lundi, les visites reprennent, et je compte bien trainer Theti au Khan et dans la ville medievale... Nous avons fait le plein de photos et d'anecdotes, vous verrez.

Bussa kebir a tous !

Repost 0