Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

20 avril 2007 5 20 /04 /avril /2007 10:51

A quelques jours de l'élection présidentielle, la profanation de tombes juives à Lille, puis de tombes de soldats musulmans au cimetière militaire de ND de Lorette près d'Arras résonne comme un signal qui fait froid dans le dos. Des inscriptions néo-nazies et des injures racistes, la Bête immonde montre qu'elle est là et bien là !

C'est non seulement scandaleux et écoeurant, mais aussi inquiétant. Inquiétant, parce que ce qui nous scandalise tous ne manquera pas de renforcer les électeurs de l'extrême-droite dans leurs convictions de haine et de racisme. Qu'une fois de plus ils se poseront en victimes d'une campagne médiatique. On peut penser aussi qu'il s'agit d'un geste lancé comme un message aux tenants de l'extrême-droite la plus dure, qui comptent bien montrer qu'ils sont là. Inquiétant, parce que de tels malades montrent ainsi qu'ils ne respectent rien et sont prêts à tout.

Plus que jamais, il s'agira dimanche de faire en sorte que le cauchemar de 2002 ne se renouvelle pas. Les candidats en présence sont loin d'être satisfaisants, mais la priorité est de faire barrage aux extrêmes en en se laissant pas entraîner dans la dispersion des voix qui ne peut que faire le jeu du FN. Les électeurs devront montrer qu'ils sont bien plus responsables que leurs politiciens et qu'eux ont compris les leçons de 2002...

Je pense avec tristesse aux familles de ceux dont les sépultures ont été ainsi souillées, et j'ai terriblement honte de cette France-là...

Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 07:26
 

La Cour Internationale de Justice, dite CIJ pour satisfaire à la mode des sigles, vient de rendre un jugement qui ne lui fait pas honneur et qui risque de creuser encore un peu plus le fossé entre monde occidental et monde musulman. En effet, elle a déclaré que la Serbie ne pouvait être reconnue responsable d'un quelconque génocide en Bosnie durant le conflit de 1992-1995. Seul a été reconnu comme acte de génocide le massacre de 8 000 musulmans bosniaques à Srebrenica en 1995 ; mais là encore la Serbie n'est pas reconnue responsable, on se contente de lui taper sur les doigts en lui disant qu'elle n'a rien fait pour l'empêcher. Après la honte d'avoir laissé faire ce qui s'est passé en Bosnie, voilà bien une seconde honte pour la « communauté internationale » que cette épouvantable hypocrisie.

Qui a pu oublier les images des casques bleus désemparés devant le drame qui allait se jouer à Srebrenica ? Qui n'a pas eu alors un sentiment de honte ?


Nous avons tous en mémoire, je crois, les effroyables images de la guerre de Bosnie ; nombre d'entre nous en ont ressenti de la colère et de la honte. Qui a pu oublier ces images que l'ont pensait ne plus revoir en Europe après les horreurs de la seconde guerre mondiale ? Oublier ces exécutions sommaires, ces villages incendiés et pillés, ces déportations de masse, ces prisonniers parqués dans des camps servant aussi de centres de torture, ces milliers de femmes violées de façon systématique... Et comment peut-on oublier aussi vite que c'est Belgrade qui menait cette danse macabre ? On veut nous faire oublier que c'est le président serbe de l'époque, le criminel Slobodan Milosevic, qui a orchestré la guerre contre les républiques séparatistes et cautionné les massacres et atrocités ? Avons-nous oublié que la « communauté internationale » avait quand même consenti à faire pression sur Belgrade, à l'époque, reconnaissant ainsi son rôle ? Belgrade qui entendait conserver le contrôle de tout le territoire de l'ancienne Yougoslavie au nom du nationalisme serbe qui reste très fort, Belgrade qui aujourd'hui encore rechigne à donner leur indépendance aux derniers Etats... Belgrade qui a toujours rêvé de rétablir la « grande Serbie », qui a ensuite porté la guerre au Kosovo... Comment oublier que le gouvernement actuel de Belgrade, le président Boris Tadic - qui d'ailleurs n'est pas content qu'on qualifie Srebrenica de génocide que la Serbie aurait pu emêcher... - en tête, n'a toujours pas livré à la justice internationale les criminels de guerre accusés justement de génocide ?

L'effroyable charnier de Srebrenica...


La plainte avait été déposée par la Bosnie en pleine guerre, en 1993, tandis que la « communauté internationale » se montrait bien passive dans l'affaire et que la Bosnie était à feu et à sang. Cette plainte visait à faire reconnaître l'ensemble de ce conflit comme une tentative de génocide. Rappelons au passage que les Serbes, à l'époque, ne se cachaient pas de vouloir procéder à un « nettoyage ethnique » contre les musulmans et les Croates ; que ces massacres ont fait 200 000 morts au total ; que les femmes musulmanes bosniaques victimes de viols racontent toutes la même chose : on leur a bien dit que ce génocide passait par leur ventre. Malheureusement, la Bosnie ne pourra faire appel : les jugements de la CIJ sont définitifs et sans appel... Les autorités bosniaques, musulmanes autant que croates, sont affligées, les protestations et l'indignation commencent à se manifester et l'on ne peut qu'y voir une offense à la mémoire de toutes les victimes de ce qu'il faut pourtant bien appeler par son nom : un génocide.

Pense-t-on aux mères de Bosnie ? Comment leur expliquer que le drame qu'elles ont vécu n'a pas la même signification que d'autres ? Comment expliquer aux femmes victimes des viols systématiques que l'enfer qu'elles ont vécu ne procédait pas d'une volonté de génocide ?


Que faut-il voir derrière tout cela ? D'abord, l'intention de l'Union Européenne d'intégrer prochainement la Serbie – ce que je trouve scandaleux et je ne dois pas être le seul ! Comment procéder à cette sombre manoeuvre si la Serbie est reconnue coupable de génocide, alors même que l'on met des bâtons dans les roues à la Turquie au sujet du génocide arménien ? En effet, on imagine mal Belgrade reconnaître le génocide de Bosnie, ce qui obligerait l'UE à avoir envers elle les mêmes exigences qu'envers Anakara... Puisque l'affaire est déjà décidée, au mépris de l'avis des populations européennes du reste, il fallait que la CIJ rende un tel verdict. Ensuite, il y a des intérêts internationaux qui pèsent sur cette décision, en particulier l'influence américaine ; rappelons que la présidente de la CIJ, Rosalyn Higgins, est britannique, et que son pays est allié avec les Américains en Iraq. Reconnaître le génocide de musulmans dans l'ex-Yougoslavie, cela obligerait à la fois à reconnaître la passivité de l'ONU à l'époque et à admettre une certaine politique hostile aux musulmans...


Quelles risquent d'en être enfin les conséquences, pour finir ? Que ce ne soit pris comme un nouvel affront par les musulmans, ce qui me semble assez évident : il apparaît une fois de plus clairement qu'il y a deux poids deux mesures dès qu'il s'agit d'un pays musulman. Comme ce que l'on observe au Mashreq dans le conflit israélo-palestinien. Munira Subasic, Présidente de l'Association des Femmes rescapées de Srebrenica, a bien résumé le sentiment d'amertume qui résulte de cette injustice : « L'Europe a une nouvelle fois montré qu'elle était contre les Musulmans... ». Que lui répondre, comment ne pas comprendre sa révolte ? Comment prétendre avec de telles décisions rassurer les musulmans sur l'attitude des pays occidentaux ? N'est-ce pas, une fois de plus, apporter de l'eau au moulin des extrémistes, qui auront beau jeu de dire : « Vous voyez, les Occidentaux nous méprisent, ils ne reconnaissent pas nos droits... ». Le meilleur allié des extrémistes de tout crin, ce sont les puissants du monde occidental, qui jouent un jeu dangereux dont on peut craindre qu'il ne nous mène un jour au chaos. Ces gens sont sensés nous représenter, mais ils nous préparent contre notre gré un avenir bien sombre ; on ne peut qu'en être affligé !

Non à l'adhésion de la Serbie 

à l'union Européenne !


En tout cas, je ressens une nouvelle fois, comme lors de la guerre de Bosnie, colère et honte. On vient d'assassiner les victimes de ces horreurs une seconde fois...

Repost 0
29 janvier 2007 1 29 /01 /janvier /2007 14:04

Cette fois, difficile d'y échapper, la France est littéralement submergée par les médias des frasques quotidiens des candidats à la présidence. Et le spectacle n'est pas brillant, ne faisant qu'accroître la nausée que l'on éprouve face à toutes ces intrigues et l'inquiétude que tant de médiocrité générale suscite. Pas un pour rattrapper l'autre, des coups bas et le ridicule qui ne tue hélas plus... sans compter les extrêmes, qui dans l'affaire se frottent les mains.

D'un côté, un Nicolas Sarkozy qui fait la démonstration de l'amour qu'il a proclamé pour l'Amérique en imitant les procédés américains dans sa campagne médiatiquement orchestrée avec un (mauvais) goût d'Outre-Atlantique dont on se demande s'il doit faire rire ou pleurer. Et par ce biais le show-biz qui s'invite dans la campagne, frisant le ridicule quand un Doc Gyneco toujours aussi mou et lent fait à qui veut l'entendre la promotion de son grand ami "Sarko", en profitant même pour en faire un livre... Un Sarkozy aux mille visages en fonction de ceux qu'il veut séduire, qui nous ferait presque croire, parfois, qu'il incarne le gendre idéal...

De l'autre, une Ségolène Royal qui a du mal à cacher l'irritation grandissante de son François, lequel a de son côté bien du mal à avouer qu'il n'apprécie guère la perspective d'entrer définitivement dans l'ombre de sa compagne ; pied de nez posthume de François Mitterrand, qui doit bien rire là où il est ! Une Ségolène qui ne cesse de se balader à travers la planète comme si elle était déjà chef d'Etat, ce qui pourrait faire sourire, et qui au passage multiplie les gaffes, ce qui est déjà moins drôle et ne peut que faire se poser des questions sur son attitude si elle était élue... A moins qu'elle ne cherche par là à fuir ce qui pourrait être gênant en France même...

Pour les médias, les jeux semblent faits, puisque voilà les deux candidats que l'on met dos à dos et que l'on traite déjà comme s'ils avaient gagné le 1er tour... Preuve, au passage, que la leçon de 2002 n'a pas été retenue ! On se tire joyeusement dans les pattes avec des intrigues ridicules tant les ficelles sont grosses, sans doute parce que la discussion au niveau des idées montrerait que celles-ci sont bien minces. On s'attaque par "stars" interposées - et par "star" il faut entendre tout et rien, depuis les chanteurs jusqu'aux écrivaillons et présentateurs télé - , dans un grotesque qui aurait fait la joie des pamphlets si notre société n'était à ce point aseptisée que les pamphlets ont disparu... Dans le secret, on négocie, on distribue les honneurs et on multiplie les promesses à une clientèle pas toujours très honnête. Dans les dîners des grands de ce pays, on doit déjà se préparer à goûter sa part du gâteau en riant de la naïveté populaire !

Les médias, leur rôle, au cours de ces dernières années, est devenu plus délétère que jamais. D'autant qu'on sait que beaucoup ne se font une opinion qu'à travers ce qu'ils perçoivent à travers les médias, télévisés en particulier... La manipulation de l'opinion publique est d'autant plus grave qu'on ne sait pas exactement qui tire les ficelles, et que plusieurs les tirent de façon anarchique. Des médias qui se gardent d'évoquer l'essentiel pour s'en tenir à des broutilles qui sont sensées alimenter la vie politique de ce pays. Des médias qui assènent des vérités pré-mâchées comme on réchauffe un plat surgelé quand on n'a pas envie de cuisiner... L'une des grandes mascarades, c'est la récente publication ridiculement mensongère du patrimoine des candidats, leurs aveux sur leur fortune personnelle et autres ; à qui avouera qu'il paie ou pas l'ISF, dira disposer de telle ou telle somme, posséder tel ou tel patrimoine immobilier : on nous prend vraiment pour des imbéciles ! A lire ces aveux, on est partagé entre le fou rire et la crise de nerfs ! La France ferait-elle semblant de découvrir qu'elle est gouvernée par la bourgeoisie, qu'elle soit de droite ou de gauche, et qu'elle l'a toujours été depuis 1792 ? L'oligarchie n'est un secret que pour ceux qui le veulent bien, soyons sérieux... 

Les grands dangers de cette campagne présidentielle ? Le sentiment grandissant des "tous pourris" et de devoir choisir "le moins pire" ; le surnombre de candidats, dont on ne perçoit pas toujours la pertinence et qui en même temps sont sagement muselés par les grands partis politiques auxquels ils sont inféodés ; des négociations qu'on devine en filigrane, comme le suggère l'exemple Nicolas Hulot et ses propos contradictoires... Mais le pire de tout est d'offrir sur un plateau une brèche dans laquelle pourraient bien s'engouffrer les extrêmes à la faveur de la léthargie ambiante et de la mode des idées toutes faites façon produit de supermarché. Cette fois, pourrions-nous encore être surpris de voir le FN tirer son épingle du jeu ? Malheureusement, il me semble que jamais notre démocratie n'a été autant menacée du fait même de ceux qui ont charge de la défendre. Il va falloir un miracle pour que nos politiques se réveillent enfin, et avec eux le peuple français auquel il faudrait un sursaut de maturité démocratique pour fermer la porte à ces délires...

 

Image Hosted by ImageShack.us

 

Le signe sous lequel s'annoncent ces présidentielles est bien celui de la médiocrité de tous, dans un temps où les problèmes non traités s'accumulent et où l'insatisfaction représente un danger dont on sait ce sur quoi il peut déboucher... Le nouveau millénaire devrait produire un renouveau des idées, et voilà que tout ce qu'on est capable de nous proposer, ce sont des idéologies obsolètes vidées de leur substance au profit d'intérêts particuliers. Notre époque ne serait-elle plus capable que de produire de la médiocrité, à l'image de ce qui s'étale dans les rayons de nos hypermarchés ?

Repost 0
1 décembre 2006 5 01 /12 /décembre /2006 05:53

Je pense que vous le savez tous : le 1er décembre est la Journée Mondiale de Lutte contre le Sida. L'occasion de rappeler que la vigilance est toujours de rigueur, que l'apparition des trithérapies ne signifie pas la disparition du danger et que le seul moyen de se protéger et de protéger son / ses partenaires est l'usage du préservatif.

En France l'an dernier, plus de 6 000 personnes ont découvert leur séropositivité. Sans préservatif, dites non. Fi des règles hypocrites de la morale et des principes bien pensants : faute de capote, un moment de plaisir peut tourner au cauchemard, une belle histoire d'amour tourner au drame. Face à la vague du "bareback" (en anglais, littéralement : "monter à cru")véhiculée par la pornographie et certaines modes stupides, tant hétéros que gays, au sentiment diffus que le danger est passé, il n'est pas inutile de répéter les règles simples pour se protéger et protéger autrui.

L'occasion aussi de rappeler combien le sujet reste largement tabou, combien les personnes séropositives restent isolées et se heurtent à des problèmes qui ne devraient plus exister. Ne pas oublier non plus que tous ne sont pas égaux devant la maladie et que de nombreux pays voient leurs malades ne pas pouvoir accès aux soins les plus élémentaires ni aux mesures de protection. Que si certains pays prétendent ne pas être touchés par la pandémie, c'est qu'ils ferment les yeux sur le problème. En Egypte, par exemple, on ignore le nombre de personnes contaminées et les autorités sont très frileuses sur la question ; c'est le cas dans la plupart des pays du Mashreq.

Quelques chiffres pour faire réfléchir :

depuis 1981, le Sida a tué plus de 25 millions de personnes.

il y a aujourd'hui dans le monde 11 000 nouvelles contaminations par jour, un enfant est contaminé chaque minute. Le Sida fait encore plus de 3 millions de morts chaque année, dont 500 000 enfants.

39 millions de personnes dans le monde sont aujourd'hui séropositives ou malades du Sida, dont plus de 2 millions d'enfants.

l'Afrique et l'Asie sont les continents où la pandémie fait le plus de ravages.

N'hésitez pas à consulter les sites des nombreuses associations de lutte et de prévention. S'informer et relayer l'information, c'est déjà lutter contre ce fléau. Et c'est le devoir de tous.

Et allez lire l'excellent article de JJ-Tryskel sur son blog dont nous parlerons bientôt.

Repost 0
28 novembre 2006 2 28 /11 /novembre /2006 20:07

Ratzinger, alias Benoît XVI, persiste dans ses provocations inutiles. Au risque de mettre en danger les chrétiens d'Orient. Non content de ne pas regretter son erreur, il pousse la provocation jusqu'à se rendre quand même en Turquie.Son message est ainsi clair : il fait ce qu'il veut comme il l'entend, quelles que soient les opinions des autres. J'espère de tout coeur que le peuple turc saura lui montrer qu'il n'est pas le bienvenu sans tomber dans le piège qui lui est ainsi tendu, à savoir provoquer un acte violent pour confirmer les propos du pape sur l'Islam. Car tel est le sens véritable de ce voyage, si on y réfléchit bien. Les catholiques sont plus que minoritaires en Turquie, ce voyage n'a donc pas grand sens en dehors de la provocation.

 

 Türkiye'deki Papaya hiçi!


Repost 0
14 novembre 2006 2 14 /11 /novembre /2006 12:25

La situation en Iraq et en Afghanistan finit par révéler au monde une réalité dont on avait jusqu'à présent peu entendu parler, mais qui a de quoi nous glacer le sang : le retour du recours à des mercenaires sans foi ni loi. Cette pratique d'un autre âge semblait appartenir à l'histoire, mais on se rend tout à coup compte que les pays anglo-saxons, Grande-Bretagne et Etats-Unis surtout, ont vu le phénomène se développer d'une façon inquiétante. Ce sont des sociétés bien organisées, légales dans ces pays, qui monnayent les "services" de mercenaires dans les zones de conflit où le chaos permet tous les débordements.

N'étant pas des militaires de carrière ou des appelés, ces guerriers privés échappent aux règles internationales de la guerre, mais aussi aux sanctions qui seraient encourues par des militaires en cas d'abus. Et l'on découvre avec horreur que ces hommes ne souhaitent qu'en découdre, prennent plaisir à tuer et à terroriser. Des journalistes dénoncent leurs exactions, que certains n'hésitent pas à exhiber eux-mêmes sur le net, comme des trophées macabres. Comme ces images terrifiantes de mercenaires abattant au hasard des civils iraqiens au volant de leur véhicule... Les USA et la Grande-Bretagne ne se cachent pas d'employer de tels individus, sans qu'on connaisse exactement leur nombre ni les "missions" qui leur sont confiées. On apprend juste que certains ont été clairement identifiés comme auteurs d'actes de torture et de barbarie en Iraq et en Afghanistan.

A l'heure où l'idéologie raciste rampante cherche à accréditer l'idée que le monde musulman serait "rétrograde", ne peut-on pas voir dans le retour des mercenaires hors de l'ombre un Occident qui renoue avec les heures les plus sombres de son passé médiéval ? Puisqu'ils échappent aux règles internationales de la guerre et ne risquent pas d'être inquiétés par des tribunaux militaires, on leur confie des "missions" qui contreviennent aux règles définies par les traités internationaux. En somme les basses besognes qui permettent de dédouaner les armées régulières tout en maintenant la terreur chez les populations. Et encore n'est-ce sans doute que la partie émergée de l'iceberg... 

En France, les sociétés de mercenaires sont interdites par la loi, ce qui devait nous protéger contre des dérives que nous avons connu dans notre histoire. Pourtant, la loi est contournée. Des mercenaires français existent bien, passant par l'intermédiaire de sociétés américaines ou britanniques...

Il faudrait demander des comptes d'urgence et prendre garde à enrayer le phénomène. Aujourd'hui, nos populations endormies par les chimères de l'opulence ne se soucient guère de ce qui passe ailleurs dans le monde. Et pourtant, la menace nous concerne tous. D'une part on agit d'une façon condamnable à l'étranger, contribuant à donner une image barbare des pays occidentaux. Et au-delà, nous réveillerons-nous seulement quand des partis extrémistes feront appel eux aussi à des mercenaires sur notre territoire ? Ce jour-là, il sera trop tard, le cauchemard sera en route. A l'heure où une extrême-droite virulente refait surface dans de nombreux pays d'Europe, il est dangereux de fermer les yeux, de laisser faire et de se dire que c'est loin de nous...

Et puis il y a la simple question d'humanité. La lutte contre quelque idéologie aussi négative soit-elle peut-elle justifier le recours à la barbarie ? Est-il acceptable de savoir que des hommes peuvent laisser libre cours à leurs délires guerriers sur des populations civiles livrées au chaos ? La leçon des horreurs de Bosnie, qui restent une tache indélébile sur les mains des direigeants européens, n'a pas été retenue, hélas...

Repost 0
9 novembre 2006 4 09 /11 /novembre /2006 12:35
 

Le peuple américain vient d'infliger à l'équipe Bush un revers sans équivoque. Pour la première fois depuis longtemps, l'Américain de la rue s'est prononcé de façon claire contre l'équipe au pouvoir. Celle-ci, de son côté, apparaît divisée. Rumsfeld a démissionné, contre l'avis de Bush lui-même, on ne peut que s'en réjouir. Mais le principal intéressé, George Bush lui-même, adopte ce que j'appellerais une attitude papale : comme le pape il y a peu, le président américain refuse de voir la réalité et de se remettre véritablement en question ; logique, vous me direz, quand dans un cas comme dans l'autre on se croit investi d'une mission divine.


Ce que les Américains ont condamné par ce vote, c'est autant l'inaptitude de l'équipe présidentielle à gérer les affaires intérieures, comme ce qui s'est passé lors des catastrophes naturelles en Louisiane, que la politique étrangère désastreuse, en particulier au Mashreq. Les Américains ont réalisé depuis peu qu'ils n'ont sans doute jamais été aussi haïs dans leur histoire ; c'est un fait que depuis que Bush et ses bigots sont à la Maison Blanche, l'hostilité aux Etats-Unis n'a cessé de croître dans le monde pour atteindre une proportion jusque là inédite. Il faut dire que le gouvernement n'a pas fait dans la dentelle en matière de politique extérieure, que les manoeuvres mercantiles n'échappent à personne et que l'exploitation faite par Bush du 11 septembre finit par devenir une évidence. Les Américains n'ont pas apprécié non plus qu'on leur mente pour aller faire la guerre en Iraq : la pilule des prétendues armes de destruction massive a du mal à passer. Et puis des familles américaines de plus en plus nombreuses sont endeuillées par la perte de proches partis combattre en Iraq ou en Afghanistan ; ces familles se posent des questions sur la pertinence de la perte de l'un de leurs proches, chose qui a mis du temps à faire son chemin dans l'esprit de l'Américain de la rue, tant on y est convaincu du rôle que doivent jouer les USA sur la scène internationale. Cette conviction de beaucoup d'Américains, persuadés que leur nation apporte « la civilisation » au monde ou que leur pays est garant de l'équilibre mondial, ne suffit plus.


Or, si George W. reconnaît, selon ses propres termes, que le scrutin est une « raclée », il refuse obstinément de remettre en question sa politique au Mashreq. Il prétend juste que les Américains ont sanctionné « le manque de progrès » en Iraq... Autant dire qu'il n'entend pas remettre en question ses positions. Et pour cause : ce serait reconnaître des choses bien gênantes... D'abord, son fanatisme religieux qui ne fait plus l'unanimité ; aux USA aussi on a parlé des prières à la Maison Blanche, de la vision quasi apocalyptique que le président et ses proches ont de la situation mondiale actuelle. Ensuite, ses intérêts mercantiles ; les Américains ont beau être attachés à un libéralisme économique aggressif, ils ne sont apparemment plus dupes des intentions de leurs dirigeants dans certains dossiers. Les intérêts financiers d'un certain nombre de membres du gouvernement ne serait-ce que dans la guerre et l'occupation de l'Iraq n'ont pas fait bonne impression... Enfin, la voix de ceux qui disent depuis le début que Bush est un personnage médiocre qui n'aurait jamais dû se trouver là où il est aujourd'hui a fini par être entendue, et il le sait bien au fond.


C'est une femme qui s'apprête à prendre la tête de l'opposition à George W. Bush, une femme qui n'a pas froid aux yeux et qu'il déteste ouvertement : Nancy Pelosi, élue de Californie. Voilà qui promet d'être croustillant.


En tout cas, dans l'immédiat, on ne peut que se réjouir de ces résultats et de cette sanction populaire. Après Blair en Grande-Bretagne, Bush vient d'essuyer une condamnation explicite de sa politique et c'est très bien : il mérite son bonnet d'âne, car il est bien un âne bâté ! Reste le plus important : que les USA changent effectivement d'attitude, et pour l'heure rien n'est moins sûr...

Repost 0
17 septembre 2006 7 17 /09 /septembre /2006 08:33

Ratzinger, alias Benoît XVI, persiste et signe. Il a fait présenter par un laquais du Vatican de prétendues excuses, mais ne revient pas sur ses propos et n'exprime pas de regret de les avoir prononcés : il fait simplement dire que nous sommes tous des imbéciles qui n'avons pas compris le sens de son discours !

Bel exemple pour le chef d'une religion dans laquelle se battre la coulpe à toute occasion est une tradition et dans laquelle on exige des fidèles qu'ils confessent leurs erreurs !!! Mais c'est bien connu, on nous l'a assez répété durant des siècles : "le pape est infaillible"...

Ces pseudo-excuses sont pires encore que les propos tenus. Elles résonnent comme une forme de mépris et de refus de se remettre en question. Etonnant ? Pas vraiment. L'Eglise nous a habitués à ce genre d'attitude. Quant à Monsieur Ratzinger, qui ne mérite pas de porter le nom de Benoît (Benedictus en latin, "celui qui est béni" ), il ne faut pas s'en étonner non plus quand on sait qu'il est un catholique parmi les plus rétrogrades.

Ces propos ont été condamnés non seulement par de nombreuses autorités musulmanes, et pas seulement par les représentants de mouvements radicaux, comme le sous-entendent certains médias, mais aussi par les chrétiens d'Orient. En Egypte,  l'Eglise copte a également condamné ces propos et refusé de s'y associer. De même que plusieurs représentants des Eglises d'Orient.

Ratzinger peut être fier : il a offert à certains extrémistes musulmans l'occasion de s'en prendre à des lieux de culte chrétiens orientaux ; des chrétiens d'Orient dont le Vatican semble d'ailleurs ne guère se soucier, et qui pourtant ont montré, eux, un vrai esprit de tolérance et de fraternité durant l'aggression du Liban en accueillant les réfugiés de toutes confessions. N'est-ce pas le but sournois d'une telle provocation, en fin de compte ? Provoquer la colère des musulmans pour que des extrémistes s'en prennent aux chrétiens en Orient, et justifier ainsi la diabolisation de l'Islam... D'autant que les médias, comme à leur habitude, font un choix d'images propres à effrayer l'Occidental moyen et à le rendre un peu plus encore hostile à l'Islam : on ne nous montre que des manifestations de radicaux et, bien entendu, on se régale d'insister sur des images de femmes musulmanes en noir voilées à la saoudienne !!!

On laisse entendre qu'il pourrait prononcer aujourd'hui, à Castelgandolfo, de vraies excuses : si c'est pour persister dans sa bêtise et refuser de reconnaître son erreur, qu'il s'abstienne et se contente de parader sur son balcon devant ses groupies !

Repost 0
15 septembre 2006 5 15 /09 /septembre /2006 06:41

Benoît XVI, pape très contesté dès son élection et qui promettait d'avoir des positions pires encore que celles de son prédécesseur, fait parler de lui. Lors d'un discours à l'université de Ratisbonne, en Allemagne, il a cité le texte d'un empereur byzantin du XIVe s., qui s'entretenait alors avec un lettré musulman, pour évoquer le rapport entre raison et violence dans la religion musulmane dans des termes qui ont choqué nombre de musulmans.

Parmi les passages que le pape a cités, en voici un que je vous livre histoire que vous vous fassiez une idée du caractère déplacé d'une telle intervention : l'empereur dit à son interlocuteur musulman : "Montre-moi donc ce que Mahomet a apporté de nouveau. Tu ne trouveras que des choses mauvaises et inhumaines, comme le droit de défendre par l'épée la foi qu'il prêchait." Et voici cet empereur chrétien du XIVe s., au lendemain des croisades, qui explique à un érudit persan que "Dieu n'aime pas le sang et agir de manière déraisonnable est contraire à la nature de Dieu. La foi est le fruit de l'âme et non du corps. Celui qui veut donc conduire quelqu'un vers la foi doit être capable de parler bien et de penser juste, et non de violence et de menace...", et le pape de renchérir en disant que diffuser la foi par la violence "est contraire à la nature de Dieu et à la nature de l'âme". Et prétend bien sûr voir là une différence entre christianisme et Islam.

On croit rêver ! Le chef de l'Eglise catholique donnant des leçons aux musulmans, en reprenant les propos d'un souverain médiéval, et en occultant bien entendu l'attitude que sa propre religion a eue pendant des siècles. En quoi les croisades étaient-elles différentes de la notion de "jihad" (encore faudrait-il qu'on s'accorde enfin sur la signification de ce terme de "jihad", qui sert souvent d'épouvantail pour effrayer les Occidentaux et faire passer les musulmans pour des "arriérés" ! ) ? Le pape a-t-il oublié les persécutions auxquelles l'Eglise s'est livrée pendant des siècles et qui n'ont cessé que quand elle a perdu son pouvoir politique ? A-t-il oublié les conversions forcées et autres persécutions infligées aux Juifs, puis aux protestants ? Le rôle de l'Eglise dans la violence de la conquête des empires coloniaux, comme en Amérique latine ? Est-ce bien à lui de venir donner des leçons avec un tel passé ? Surtout à une époque où un radicalisme chrétien, certes d'essence protestante, sert de prétexte à la nation la plus puissante du monde pour mener une politique de terreur et de négation du droit des peuples ! A une époque où ressurgissent dans les pays occidentaux des mouvements politiques extrémistes qui prônent un retour à un catholicisme raciste et intolérant !

Certes il y a actuellement un problème de violence liée à la religion dans le monde musulman. Mais chacun sait que pour ces mouvements extrémistes musulmans qu'on appelle islamistes, la religion n'est qu'un prétexte pour poursuivre des buts politiques. Ce n'est pas la religion musulmane qui est en cela en cause, seulement l'interprétation que certains en font au nom de leurs intentions politiques ; tout comme le christianisme a longtemps servi, et sert encore parfois, de prétexte à des visées politiques. Il faut être idiot pour ne pas comprendre cela.

Parmi les protestations qui se sont aussitôt élevées, les média retiennent évidemment en priorité celles des mouvements islamistes, histoire de jeter un peu plus d'huile sur le feu. Pourtant, des personnalités qui ne sauraient être soupçonnées de radicalisme religieux, se sont également montrées choquées.

Dans le contexte actuel, les propos du pape sont une provocation inutile, une bêtise sans nom ; j'y vois le même esprit stupide que les fameuses caricatures. Ne faut-il pas aussi y voir un message du pape aux chrétiens les plus radicaux ? L'Eglise ne tente-t-elle pas de profiter de la vague actuelle d'hostilité à l'Islam dans le monde occidental ? Le Vatican, qui bien entendu se trouve maintenant gêné aux entournures, ose prétendre que le pape souhaite "cultiver une attitude de respect et de dialogue envers les autres religions et cultures et évidemment également envers l'islam" ; qui va croire cela ? L'Eglise n'a jamais eu aucun respect pour les autres religions et les autres cultures, des missionnaires chrétiens continuent à exercer leur influence délétère sur des peuples qu'on cherche à convertir de façon plus sournoise que par le passé, déguisée sous des prétextes humanitaires. Jean Paul II avait déjà clairement exprimé dans un certain nombre d'écrits cet irrespect, en particulier contre le bouddhisme. Benoït XVI reprend le flambeau et semble vouloir aller plus loin encore...

Que l'Eglise catholique reste à la place qui est la sienne, qu'elle se préoccupe des derniers fidèles qu'il lui reste après des siècles d'abus en tous genres. Son incapacité à évoluer, à avoir une vision saine de son action passée et des manipulations qu'elle a exercé sur le message du Christ  la privent de tout droit de donner des leçons à qui que ce soit.  On n'attendait pas de Joseph Ratzinger , le vrai nom dudit Benoît, une attitude intelligente : voilà qui est confirmé !

Repost 0
12 septembre 2006 2 12 /09 /septembre /2006 15:11

Comme je vous l'avais promis, je vous ai sélectionné un certain nombre de sites qui proposent à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine des visites ou animations exceptionnelles ; ce choix est bien entendu subjectif et malheureusement limité, mais cela peut vous donner des idées de visites le week-end prochain. Voici une première sélection pour la moitié sud de la France. "Ouverture exceptionnelle" signifie que le site n'est habituellement pas accessible, autant dire qu'il en profiter pour découvrir.

 

En région PACA :

- l'abbaye cistercienne du Thoronet, chef-d'oeuvre de l'architecture médiévale provençale, propose une exposition exceptionnelle de John Pawson, architecte anglais minimaliste, de renommée internationale, qui a réalisé pour l’abbaye un parcours d’architecture, sous forme d’une scénographie dans le monument répartie en 14 points de vue. Une rencontre intéressante entre architecture ancienne et contemporaine. Renseignements : 04 94 60 43 90

- L'abbaye de Boscodon (Crots, Hautes-Alpes), du XIIe s., propose une visite découverte avec la communauté religieuse, ainsi qu'une intéressante initiative pour les enfants à partir de 10 ans : un jeu archéologique dans lequel les enfants chercheront des indices dans le cloître qui leur permettront d'aborder de façon ludique la restauration et l'histoire de ce cloître. Ateliers pour enfants gratuit samedi de 10h à 12h. Contact : 04 92 43 14 45 .

En région Languedoc-Roussillon :

- La Roquette (Molezon, Lozère) comporte les principaux éléments du patrimoine rural cévenol : habitat, organisation de l'espace et aménagements hydrauliques, dans un très bon état de conservation. Sentier découverte et spectacle sur la mémoire orale. Fabrication et dégustation de pain dans un four à pain traditionnel. Introduction à l'apiculture traditionnelle avec visite, discussion et dégustation autour d'un rucher traditionnel.

- Nîmes (Gard) : au Cloître des Jésuites, dans le Musée archéologique de la Ville de Nîmes, Démonstrations de savoir-faire : taille de pierre, ferronnerie, zinguerie. Animations interactives pour faire découvrir les métiers du bâtiment aux plus jeunes : présence d'une forge, découpe d'ardoises, taille de pierre...

En région Midi-Pyrénées :

- à Toulouse,  à la Préfecture (ancien archevêché), reconstitution d'un village médiéval : exposition, ateliers d'artisans-compagnons, cuisine médiévale. Samedi de 13h30 à 18h30 et dimanche de 10h30 à 18h30. Gratuit. Contact : 05 34 45 37 02 / 38 31.

- à Toulouse, toujours, à l'Hôtel des Chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem (siège de la Direction régionale des affaires culturelles Midi-Pyrénées) Exposition « Les vitraux », diaporama et démonstration par un maître-verrier. Projection d'un film sur les enfeus découverts en 1997. Présentation d'objets restaurés découverts lors des fouilles in situ en 2003. Interventions musicales par le Centre régional des musiques et danses traditionnelles (Conservatoire occitan) : groupe d'instrumentistes avec répertoire de bal et groupe de chanteurs (polyphonies pyrénéennes) samedi à 18h. Samedi et dimanche de 10h à 18h. Gratuit. Contact : 05 63 73 20 20 .

-  Abbaye fortifiée de Loc-Dieu (Martiel, Aveyron), fondée en 1123 : ouverture exceptionnelle. Au milieu d’un parc romantique, elle a conservé son caractère monastique et particulièrement l’abbatiale romano-gothique du XIIe siècle. L’ensemble, classé monument historique, a abrité la Joconde durant l’été 1940 avec d’autres peintures du Louvre. Samedi et dimanche de 10h à 12h et de 14h à 19h. Contact : 05 65 29 51 17.

En région Aquitaine :

- Maison Sentex (St-Sever, Landes) : ouverture exceptionnelleMaison familiale entièrement pavée de mosaïques gallo-romaines du IVe siècle. Exposition de la collection privée de faïences du XVIIIe siècle et visite guidée samedi et dimanche de 14h à 18h. Gratuit. Renseignements : 05 58 76 34 64.

- Château et vignoble de Monbazillac (Dordogne) : visite du château et des installations de l'exploitation, présentation des restaurations. Renseignements : 05 53 63 65 00.

En région Auvergne :

- Hôtel Martial de Grandseigne (Vollore, Puy de Dome) : première ouverture exceptionnelle au public de cet hôtel particulier au décor peint du XVIIe siècle. A 10h30, 11h30, 15h, 16h et 17h. Renseignements : 04 73 98 65 00.

En région Rhône-Alpes :

- Château du Montellier (Le Montellier, Ain), XIIIe-XVIe s. : ouverture exceptionnelle. Sans doute l'ensemble le mieux conservé et le plus évocateur des fortifications médiévales subsistant en Bresse et en Dombes. Samedi de 14h à 18h et dimanche de 10h30 à 12h et de 14h à 17h. 2 euros pour les adultes, gratuit pour les moins de 18 ans. Contact : 06 07 04 08 81.

Repost 0