Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

22 juillet 2006 6 22 /07 /juillet /2006 12:58

Parmi les symboles de la royauté dans l'Egypte antique, il nous reste à évoquer les sceptres. Comme dans toutes les civilisations anciennes, le sceptre correspond à une symbolique élaborée qu'il est utile de connaître.

Osiris tenant les sceptres heqa et nekhekh, ainsi que le sceptre ouas (temple de Philae).

Le sarcophage de Toutankhamon portant les sceptres heqa et nekhekh (musée égyptien du Caire, photo Insecula ).

Sceptre heqa de Toutankhamon (musée égyptien du Caire, photo Insecula ).

Sceptre nekhekh de Toutankhamon (musée égyptien du Caire, photo Insecula ).

 

Le roi, vivant ou défunt, porte très souvent deux insignes caractéristiques de la royauté égyptienne, croisés sur la poitrine : le heqa, sceptre en forme de crosse, et le nekhekh, sceptre en forme de fouet ou de fléau (flagellum, selon la teminologie latine). Ces deux insignes sont les attributs d'Osiris, ce qui montre le lien entre le dieu et le souverain égyptien. Si la crosse évoque pratiquement sans équivoque une origine pastorale, dont la symbolique peut évoquer le rôle du roi guidant son peuple, l'origine du nekhekh peut être discutée : certains y voient également une allusion à la conduite des troupeaux ; d'autres l'identifient comme un fléau, qui serait donc lié à la culture des céréales, ce qui donnerait la double symbolique de l'élevage et de l'agriculture, évoquant la prospérité.

Amon tenant le sceptre ouas (temple de Karnak).

Khonsou tenant les sceptres heqa et nekhekh, ainsi que le sceptre ouas rehaussé de l'ankh et pilier djed (temple de Karnak).

Un autre type de sceptre fréquent dans les représentations est le ouas, qui est porté par les dieux aussi bien que par le roi. C'est un long bâton qui se termine à la base par une fourche et dont le sommet s'orne de la représentation stylisée d'une tête de lévrier. Il aurait pour origine un bâton utilisé pour tuer ou capturer les serpents. Le ouas est un symbole de force et de puissance. Ouaset ("Le Sceptre" ou "La Ville du Sceptre") était le nom égyptien de la ville que les Grecs ont ensuite baptisée Thèbes (aujourd'hui Louqsor). Il peut être combiné avec différents symboles (pilier djed, croix ankh, etc.).

Sceptre sekhem de Toutankhamon (musée égyptien du Caire, photo Touregypt ).

Hiéroglyphe sekhem.

Enfin, le roi porte également le sceptre sekhem, qui évoque vraisemblablement un objet à l'origine réalisé en matières végétales. Il est un symbole de l'autorité du roi. Il y a des variantes du sekhem, qui semble être également lié à l'origine à Osiris. Sekhem signifie "pouvoir, puissance", on le retrouve donc dans de nombreux noms, à commencer par celui de la déesse Sekhmet ("La Puissante") ; le hiéroglyphe de ce mot est une représentation du sceptre en question. Le sceptre sekhem est également porté par les vizirs et les personnages de haut rang représentés dans l'exercice de leur charge.

Partager cet article

Repost 0

commentaires