Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

1 janvier 2007 1 01 /01 /janvier /2007 00:01

 

Image Hosted by ImageShack.us

Repost 0
3 décembre 2006 7 03 /12 /décembre /2006 06:12

Yalla ! C'est parti, inch Allah ! Ce week-end, préparation de la valise, car l'heure du départ approche. Dans une semaine, Theti et moi serons déjà sur le sol d'Egypte, entamant le périple tant attendu et tant désiré... Tayyeb !

Inutile de vous dire ce que j'écoute en préparant mes malles : de la musique égyptienne, bien sûr ! Les vêtements prennent place sagement dans la valise - rassure-toi Josiane, je n'ai pas oublié ton conseil et j'aurai ma petite laine pour se retrouver au Caire. J'essaie de penser au plus pratique, au moins encombrant, il faut de la place pour ramener des trésors... Theti ukhtî veille à ce que je sois prêt, n'ayez crainte de rien !

Je brûle d'impatience, inutile de préciser là aussi. De retrouver les rives du Nil, les splendeurs de l'Egypte et son peuple accueillant. Mais aussi il me tarde de retrouver Anne-Marie ukhtî à Hurghada, et de réunir le célèbre trio des "Talatas'" ailleurs que sur le net !

Mon double antique, ce cher Kaaper Sheikh el-Beled, s'impatiente lui aussi dans sa vitrine du musée du Caire. J'arrive, yâ akhî !!!

Masr, biladî ath-thâni ! 

Repost 0
1 août 2006 2 01 /08 /août /2006 16:48

Bon, dans un registre plus léger, parce que malgré tout la vie continue et qu'il y a aussi de belles choses en ce monde, voici un scarabée surpris à faire sa petite promenade du soir, "à la fraîche". Il ne doit pas savoir que j'aime Khepri, donc le scarabée, parce qu'il m'a tourné le dos et s'est dépêché de filer... Ou peut-être n'a-t-il pas entendu parler de son cousin égyptien ? Il faudra que je lui en touche deux mots la prochaine fois que je le croiserai...

Repost 0
17 juillet 2006 1 17 /07 /juillet /2006 12:04

Vous n'avez pas senti le niveau de la mer monter d'un coup ? - Le premier qui répond "oui", je le fracasse, comme on dit ! hihi !

Ca y est, ce week-end, j'ai enfin pris mon premier bain de mer de l'année. Il y avait longtemps que l'eau n'avait pas été aussi chaude sur la côte varoise - non, ce n'est pas dû au nombre de touristes qui font pipi dedans, les mauvaises langues ! Avec la chaleur que nous avons en ce moment, c'est un régal, et on arrive encore à trouver des plages où on n'a pas l'impression de faire partie d'une bande d'otaries échouées... Grand merci à Neptune pour sa clémence qui nous permet de nous rafraîchir un peu.

Jamais de ma vie je n'ai été aussi blanc que cette année. D'habitude à cette période, ma peau a déjà pris cette couleur mate qui me vient de mes ancêtres. Enfin, erreur en cours de réparation, tout cela commence à prendre une teinte un peu plus civilisée, puisque je suis déjà passé en quelques heures de la couleur pain-pas-tout-à-fait cuit à celle de pain-d'épices-qui-commence à cuire, sans passer par la case rouge-homard !

La mer, c'est un plaisir depuis que je suis tout petit, normal quand on est né au bord de la Méditerranée. Ma soeur et moi avons appris à nager pratiquement en même qu'à marcher. Attention, pas pour rester sur la plage à se faire dorer pendant des heures : pour nager ! Les gênes ne se sont que partiellement transmis à mes nièces ; circonstance atténuante : elles vivent en Charentes et sont plus habituées à la piscine... Bon, elles n'en sont quand même pas rendues au point de mes cousins parisiens, qui sortaient de l'eau en courant dès qu'il y avait une vague - ce qui, bien entendu, nous amusait beaucoup ! Mais tout de même, ça fait quelque chose de voir que la tradition familiale du lien avec la mer est rompue... Enfin...

Repost 0
30 juin 2006 5 30 /06 /juin /2006 22:19

Cette fois nous y sommes : demain débutent les 4e Médiévales à Ollioules, avec un programme qui va nous permettre de retrouver des amis, comme les troupes de la Petite Flambe et des Paladins de Méliador, d'en connaître d'autres aussi, de partir dans un monde fantastique avec la jeune troupe ollioulaise des Moon Quest et les Ratafia, autre troupe d'Ollioules... L'hypocras et la clairet vont couler à flots, les marchands envahir nos rues, dont un marché du monde qui nous rappelle que nous glissons cette année vers la fin du Moyen Age et le début de la Renaissance, avec sa période d'ouverture sur le monde et du goût naissant de l'exotisme ; seront représentés l'artisanat arabe, touareg, indien, sri lankais, mexicain...

 

 

Taverniers, tenez prêtes vos barriques, mordious ! Et tremblez jouvenceaux en collants ou jupettes médiévales, moinillons délurés et damoiseaux innocents, prenez garde à vos jolis derrières : mon appétit sera féroce, dussé-je finir sur le bûcher en clôture des festivités ! Bon, je ne rechignerai pas non plus, morbieu, devant quelque soudard avec lequel je croiserai bien volontiers la dague ... Désolé, pucelles, si je vous captive, ce sera pour vous embarquer sur ma galéote vers les marchés de Barbarie ou de Chypre ; mais je ne battrai point de votre tambourin ! Je laisse les damoiselles au commun des mortels, ne mignardant que mes mignons !  * lol

 

 

 

Une confidence, mais vous gardez le secret jusqu'à demain matin : cette année, j'ai opté pour un costume de Sarrasin (provocateur, moi ?!  non...). Autrement dit : thobe (tunique) rouge relevée par une ceinture en étoffe jusqu'à mi-mollet et sirwal (pantalon) assorti (authentiques, venant du Pakistan), bisht (manteau) noire à broderies dorées (vraie bisht saoudienne ramenée par mes parents d'Arabie), ghutra (voile)  blanche (là encore, authentique ghutra ramenée d'Arabie, en mousseline de coton) retenue par un turban blanc à bordure grise et noire (venu d'Inde) selon la mode arabe médiévale, et dans la ceinture la jambiya (dague à lame courbe, la mienne est de style marocain)... Mais puisque j'ai à présent plusieurs costumes, je sortirai aussi celui de marchand italien du XVe s.

Promis, des photos dès que possible, peut-être même dès demain soir si je ne suis pas trop fatigué...

Bon, au lit ! Demain, lever très matinal !

* Pas de souci si vous ne saisissez pas tout, c'est un petit délire médiéval... et je n'ai encore pas goûté l'hypocras !

Repost 0
28 juin 2006 3 28 /06 /juin /2006 22:01

Comme vous le savez, je suis "monté" ce week-end passer quelques jours dans la capitale, à l'invitation de mon amie Iorini. 10 ans que je n'avais pas remis les pieds à Paris, Iorini a réussi là une véritable prouesse ! J'ai en fait été heureux de retrouver cette ville dans laquelle tant de choses ont changé dans ma vie, je vous raconterai ça à l'occasion... Vincennes, l'île St-Louis avec l'hôtel de Lauzun... et son parc, Notre-Dame (qui a fait peau neuve depuis, en tout cas pour la façade principale), le Marais, Montparnasse, le quartier Latin.... C'est drôle, tout mauvais souvenir était envolé, il n'y avait que de bonnes choses qui revenaient à la surface...

 

Les bagages sont prêts, j'ai réussi à faire un choix... Yalla !

 

 

Le voyage a été rapide... Il faut dire que j'avais peu dormi la nuit précédente et qu'en plus j'avais pris des cachets contre les angoisses pour être bien détendu. Je me suis endormi à peu près au niveau de la Drôme pour me réveiller en arrivant en vue de Paris... non sans avoir fait rire autour de moi en essayant de ne pas ronfler !

 

 Ca y est, le train quitte Toulon ! C'est parti....

 

 

A la gare de Lyon, la foule compacte des Parisiens et des vacanciers ne m'a pas inquiété une seule seconde ; je n'avais qu'un souci : retrouver Iorini. Tout à coup, un meuglement de vache dans mon sac à dos (ben oui, le cri de la vache c'est un appel et celui de la grenouille un message...)  : c'est Iorini qui m'appelle pour savoir où je suis, on s'est manqués. On tombe dans les bras l'un de l'autre, comme si on s'était toujours connus. Il faut que je vous dise que j'ai connue Iorini par le Net, sur le forum gay et lesbien auquel je participe. Iorini est hétéro, mariée et mère de 5 enfants, et elle est militante dans une association de lutte contre l'homophobie ; bel exemple, au passage de générosité pure, car aucun de ses enfants n'est homo, c'est par pure amitié qu'elle prend notre défense et donne de son temps pour que la société évolue. Ca fait pratiquement un an que nous avons ainsi fait connaissance, que nous échangeons des mails, faisons des vidéo-conférences ou nous téléphonons. Une vraie amitié est née et ce week-end, nous n'avions pas vraiement le sentiment de nous rencontrer pour la première fois. Plus d'une fois, Iorini m'a soutenu dans les moments difficiles. Nous avons eu aussi de bons moments de plaisanterie. La vie, en somme, qui prend le pas sur le virtuel...

 

Je vous raconterai à part la Marche des Fiertés, ou Gay Pride, au cours de laquelle nous avons retrouvé d'autres amis du forum. J'ai ramené mon sifflet rose pour jouer la "chagasse" au pays !

 

Le séjour a été bien entendu trop court, mais très intense en amitié et en émotion. Nous avons pris le temps de discuter (nous sommes deux bavardes invétérées !), de parcourir ensemble notre forum favori (oui, oui, je vous assure : il y a chez Iorini plusieurs ordis, c'était trop drôle de surfer en même temps dans la même pièce !) ; et puis j'ai fait connaissance avec sa petite famille, qui a été adorable, avec son univers, tenté de faire ami-ami avec le coq, etc.

 

Lundi soir, nous sommes allés dîner chez des amis qui ont ouvert un restaurant dans le Marais. Là encore, je ne connaissais Fil' que par le Net, mais nous nous sommes tout de suite embrassés comme de vieux amis (en tout bien tout honneur, et puis deux garçons qui se font la bise, c'est tout à fait ordinaire, non ? ) ; par contre, je ne connaissais pas encore son copain, ni leur restau. Nous avons passé une excellente soirée : repas délicieux et raffiné, un couple de lesbiennes très sympas à la table voisine, avec lesquelles nous avons bien déliré mais aussi discuté sérieusement (si, si, des homos qui se retrouvent savent faire autre chose que glousser ! ). Puis Fil' et son copain ont fermé le restau et nous sommes restés à discuter très tard dans la nuit. Une discussion très riche et très forte là encore en amitié et en émotions. Ils sont extraordinaires tous les deux, ça fait du bien de rencontrer des gens comme eux. Je pense bien à vous, les garçons !

 

Au retour, je vous photographie quand même la belle verrière armoriée de la gare St-Charles de Marseille... en fumant enfin une cigarette, la première depuis Paris !

Et puis déjà le temps de repartir. Iorini m'a offert pour le voyage un superbe gâteau au chocolat en forme de coeur et un livre magnifique qui sera un des trésors de ma bibliothèque, en plus du beau carnet qu'elle m'a offert le jour de mon anniversaire pour me remettre à l'écriture. Nous profitons au maximum de ces derniers instants. Puis le quai de gare, les bisous qui n'en finissent pas, la certitude qu'on ne se quitte pas vraiement. Bon, je vous épargne les aléas de la SNCF... 30mn de retard. J'arrive en gare de Toulon, ma mère est là pour m'accueillir. Retour à la maison, nous dînons ensemble. Je suis heureux. J'ai puisé de l'énergie pour avancer, pour travailler sur ce qu'il faut changer dans ma vie pour que ça aille mieux ; l'énergie de vrais amis que le Net m'a permis de rencontrer. C'est pas beau ça ? Qui a dit qu'internet était un lieu sans vie ?

Repost 0
19 juin 2006 1 19 /06 /juin /2006 03:57

Nefred - 18 juin 2006

Repost 0
10 mai 2006 3 10 /05 /mai /2006 21:31

Les fossiles, voilà encore l'une de mes passions depuis l'enfance ; il fut un temps où je ramassais des pierres un peu partout, au grand dam de mes proches. Ce qui est passionnant avec les fossiles, c'est qu'ensuite il faut se documenter pour savoir à quelle espèce ils appartiennent, à quelle époque ils ont vécu, dans quel milieu ; ça amène à s'intéresser à la géologie... Bref, un ensemble de nouvelles portes à ouvrir, et c'est fabuleux. Et j'ai la chance de vivre dans une région très riche en fossiles, les calcaires de nos collines étant d'anciens fonds marins.

 

J'ai fait quelques recherches sur les fossiles récoltés sur le site du Castellas. Ce sont pour l'essentiel des Chlamys et des Bélemnites. Nous laisserons les Chlamys de côté, elles sont les ancêtres de nos coquilles St Jacques à l'ère Tertiaire.

 

Par contre, nous allons parler un peu des Bélemnites. Le nom de "bélemnite" leur a été donné au XVIe s., du grec "belemnon" signifiant "en forme de javelot". Dans l'Antiquité, on y voyait des pointes de flèche tombées du ciel et on les classait parmi les "pierres de foudre" ; au Moyen Age, on les appelait "doigts de St Pierre" ou bien entendu "doigts du Diable". Il faudra attendre le XVIIIe s. pour que les savants identifient une espèce fossile.

 

Reconstitution d'un Belemnite...

 

Les Bélemnites étaient des mollusques dotés d'un rostre, c'est-à-dire d'une coquille interne, vivant dans des mers chaudes peu profondes. En général, seul ce rostre en forme de balle de fusil s'est fossilisé, calcifié, comme sur les exemplaires que j'ai collectés au Castellas ; les parties molles ont disparu. Les Bélemnites ressemblaient un peu à nos seiches ou à nos calmars, avec des tentacules (une dizaine) pour attrapper la nourriture et de petites nageoires latérales ; leur taille pouvait aller jusqu'à 2 m de long. Ils sont très abondants au Jurassique et surtout au Crétacé (soit une période comprise entre 195 et 65 millions d'années), ce qui en fait des contemporains des  dinosaures et des ammonites, en même temps que lesquels ils disparaissent. Du fait de leur abondance et de leur bonne localisation dans le temps, ce sont des fossiles utiles pour repérer des périodes géologiques.

 

Sur ce dessin, la partie fossilisée est colorée en gris.

Les Bélemnites trouvés au Castellas ; on voit bien les petites cloisons à l'intérieur du rostre...

Repost 0
Published by Ankh-Neferkheperourê - dans Beit Nefred-Nefred et son univers
commenter cet article
6 mai 2006 6 06 /05 /mai /2006 13:27

Très tôt, je me suis pris de passion pour les langues, ma propre langue d'abord, le français, dont l'extraordinaire richesse est un plaisir, de même que son histoire et ses états à des moments donnés. Puis j'ai découvert l'allemand, qu'un professeur passionné et passionnant a su me faire aimer au point que je l'ai étudié à l'université. Ensuite, ce furent l'anglais et le russe, et un peu de latin ; malheureusement, j'ai presque tout perdu de mes quelques années de russe. Par la suite est venu le provençal, contemporain et historique. Puis le moyen français pour pouvoir déchiffrer dans les archives les textes du XVIe s.

Depuis peu, je réalise un vieux rêve : apprendre l'arabe. La motivation définitive est venue lors de mon voyage en Egypte, lorsque j'ai réalisé combien les quelques mots que je connaissais grâce à mes parents facilitaient et changeaient les contacts avec la population égyptienne. Je suis donc en train d'apprendre l'arabe littéral, ou classique, et l'arabe dialectal égyptien en parallèle, dans le but d'approfondir encore cette rencontre avec les Egyptiens. Mon frère m'a offert un livre pour apprendre l'égyptien antique hiéroglyphique, mais j'attends un peu d'avoir assez progressé en arabe. De même, j'ai quelques notions de turc, mais le réel apprentissage viendra plus tard, de même que le sioux lakota...

Les langues sont des outils extraordinaires, d'abord parce qu'elles sont des ponts entre les hommes. Chacune avec sa propre logique, elles permettent d'exprimer sa pensée sous des formes tellement différentes. Et puis une langue est une clef vers toute une culture, elle renvoie à l'histoire, aux traditions, aux mentalités et aux croyances, à la forme de société... C'est donc un moteur de curiosité sans cesse renouvelée. Et puis s'il y a une chose que l'étude des langues nous enseigne aussi, c'est que de nombreux points communs se cachent derrière les différences ; des langues aussi éloignées que le sanscrit et le français ont des racines communes, ça fait rêver, non ?

Repost 0
Published by Ankh-Neferkheperourê - dans Beit Nefred-Nefred et son univers
commenter cet article
13 avril 2006 4 13 /04 /avril /2006 11:07

Voilà, le moment est venu de se lancer. Je ne sais pas si c'est le cas pour tout le monde, mais on décide d'ouvrir un blog et, au moment de commencer à écrire, on se sent un peu perdu, on ne sait pas par où commencer...

Pourquoi avoir ouvert celui-ci ? Sans but précis, à vrai dire. L'idée est d'abord de partager des réactions, des passions, des découvertes ou des expériences.

Les réactions, ce seront celles au quotidien, au monde qui nous entoure, à ce qui s'y passe ; mais aussi à des lectures, des émissions télé, des propos entendus, etc.

Les passions, elles sont nombreuses : l'histoire et l'histoire de l'art, en particulier les XVIe et XVIIe s. ; l'archéologie, et en premier lieu l'égyptologie ; l'Egypte, d'ailleurs, sous tous ses aspects, aussi bien historiques qu'actuels ; en musique, la musique médiévale et Renaissance, baroque, orientale et indienne, mais aussi rock et pop ; les livres et l'écriture ; ma région, la Provence, et bien entendu plus particulièrement le Var ; et d'autres encore...

Les découvertes, ce seront aussi bien des livres, des musiques, des voyages effectués, que le fruit des recherches historiques que je mène...

Enfin, les expériences, ce seront des tranches de vécu et les réflexions qu'elles amènent, des rencontres, des discussions.

Voilà l'idée de départ. Bienvenue à celles et ceux qui me liront. Et surtout, envoyez vos commentaires, votre avis m'intéresse. J'espère que ce lieu permettra également des échanges intéressants.

Repost 0
Published by Ankh-Neferkheperourê - dans Beit Nefred-Nefred et son univers
commenter cet article