Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

5 février 2007 1 05 /02 /février /2007 21:05

Nous allons parler aujourd'hui d'un personnage historique tout à fait étonnant : la sultane Shagarat ed-Durr1 qui, comme dans l'Antiquité Hatshepsut ou Cléopatre, régna sur l'Egypte à l'époque médiévale. Une femme régnant sur l'Egypte à l'époque médiévale, avouez que cela nous surprend... Elle est tout à la fois la dernière représentante de la dynastie ayyubide et la toute première de la dynastie mamlûk.


Esclave mamlûk d'origine arménienne ou turque arrivé dans l'empire par la cour de Baghdad, ses débuts sont obscurs. On sait par les textes qu'elle fait partie en 1239 des captives du harem du calife abbasside el-Musta'sim. C'est en 1240 qu'es-Saleh Nagm ed-Dîn Ayyub (1240-1249), l'un des derniers sultans ayyubides d'Egypte, l'achète pour son harem. Elle n'est au départ qu'une concubine et esclave, mais finira par gagner la première place dans le coeur de son mari. Ce serait elle qui aurait incité son époux à faire venir en masse des esclaves mamlûk pour défendre l'Egypte contre les dangers extérieurs, tant les croisés que les mongols. Toujours est-il qu'il avait en effet développé sa propre garde mamlûk stationnée au Caire, sans savoir que cela finirait par être fatal à la dynastie ayyubide.

 


La vie de Shagara est riche en rebondissements, digne d'un roman. En 1248, es-Saleh Nagm ed-Dîn Ayyub est capturé par son cousin en-Nasser Da'ud et emprisonné à el-Karak ; Shagara suit son époux et, durant cette réclusion, donne naissance à un fils, Khalil. Il est épris de sa beauté, et fasciné par son intelligence ; nul doute que cette réclusion a favorisé leur rapprochement. Un an plus tard, lorsque le sultan libéré revient au Caire, il élève Shagara au rang de première épouse. Elle est ainsi parvenue en peu de temps au faîte du pouvoir.


Mais ce n'est là qu'un début. Les événements vont bientôt offrir à l'ambitieuse Shagara l'occasion de se placer au devant de la scène. En juin 1249, Louis IX, roi de France, débarque avec une troupe de croisés dans le Delta et s'empare de Damiette. Le sultan es-Saleh Nagm ed-Dîn Ayyub, qui s'est porté dans la région pour arrêter les croisés, est atteint de fièvres, auxquelles il finit par succomber au mois de novembre, à Mansurah. Shagara convoque alors le chef des Mamlûk, Fakr ed-Dîn, et le chef des eunuques royaux, Gamal ed-Dîn ; elle s'entend avec eux pour taire la nouvelle de la mort du sultan, afin de gagner du temps et de réorganiser les forces égyptiennes. Elle interdit à qui que ce soit l'accès à la chambre du sultan, mais continue à y faire apporter chaque jour de la nourriture ; elle signe elle-même les documents officiels du nom du défunt... Dans le même temps, elle rappelle de Syrie le fils du sultan, Turan Shah, héritier du trône, pour prendre le commandement des troupes égyptiennes ; il n'arrivera qu'en février 1250. Ainsi, quand la nouvelle de la mort d'es-Saleh finit par se répandre, Shagara a eu le temps de s'organiser et de prendre le contrôle des affaires. Entendant la nouvelle, le roi de France pense que le moment est venu pour ses troupes de marcher sur Le Caire ; il parvient à tuer le chef des Mamlûk, Fakr ed-Dîn, lors d'une escarmouche. Mais en février 1250, les troupes françaises sont écrasées à Mansurah et Louis IX fait prisonnier ; c'est une grande victoire pour les Mamlûk, mais aussi pour Shagara. Après la bataille, ils assassinent l'héritier du trône d'Egypte, Turan Shah, qu'ils accusent de favoriser ses propres troupes.

 


Shagara, elle, garde tout son pouvoir et apparaît comme celle qui est parvenue à sauver l'Egypte du désastre. Habile négociatrice, elle obtient la confiance des Mamlûk, qui la proclament sultane et lui donnent le nom d'Umm Khalil (« la mère de Khalil »), justifiant par le fait qu'elle ait donné un fils au sultan es-Saleh son accès au trône. Elle est ainsi la première dirigeante musulmane à pouvoir faire frapper des monnaies à son nom et à régner personnellement. Elle a l'habileté d'épargner les chrétiens faits prisonniers aux côtés du roi de France, reprend Damiette aux croisés et exige l'énorme rançon d'un million de besants pour la libération de Louis IX.


Elle ne règnera en réalité personnellement que 80 jours sur l'Egypte. Le calife abbasside de Baghdad, dont elle avait été l'esclave dans sa jeunesse, se montre indigné par le fait qu'une femme soit ainsi placée à la tête de l'Egypte ; il menace de venir en personne nommer un sultan mâle. Est-ce cela qui décide les Mamlûk à changer de stratégie ? Toujours est-il qu'ils obligent Shagara à épouser leur nouveau chef, 'Izz ed-Dîn Aybak, et à abdiquer en sa faveur ; il devient donc sultan et fonde la dynastie des Bahri Mamlûk. Mais Shagara entend bien continuer à exercer en réalité le pouvoir, considérant le Mamlûk comme un homme de paille. Elle commence par exiger qu'il divorce de son épouse Umm 'Alî, ce qui, un jour, scellera curellement son destin. La cohabitation entre Shagara et son nouvel époux se maintient tant bien que mal durant quelques années. Aybak est à vrai dire souvent absent d'Egypte, car il doit lutter contre l'opposition des Ayyubides de Syrie, à Alep et Damas. C'est donc Shagara qui, dans les faits, en l'absence de son mari, exerce le pouvoir en Egypte. Malgré la duplicité des Mamlûk, les accords passés avec la sultane sont ainsi respectés...

 


Le drame se noue en 1257, lorsque Shagara apprend que son mari a l'intention de prendre pour seconde épouse une princesse iraqienne. Jalousie, mais surtout inquiétude devant l'irruption d'une rivale qui pourrait bien l'évincer, comme elle a elle-même évincé Umm 'Alî... Elle convoque sur le champ Aybak à la Citadelle ; ce dernier se trouvait à ce moment-là dans les faubourgs du Caire. Elle l'attire dans les bains du palais, et le fait poignarder à mort par ses eunuques... Geste terrible qui sera lourd de conséquences... La fureur passée, Shagara réalise que ce qu'elle vient de faire est extrêmement maladroit et dangereux. La tradition affirme qu'elle rassemble ses bijoux et les brise dans un mortier pour qu'aucune autre femme ne puisse s'en emparer.


Ses terribles pressentiments ne tardent pas à se confirmer : 'Alî, le fils issu de la première épouse d'Aybak qu'elle avait obligé à répudier, fait irruption dans le palais à la tête d'une foule de partisans surexcités. Ils s'emparent de la sultane et l'enferment dans une des tours de la Citadelle. Puis ils la traînent devant la mère d' 'Alî, qui peut enfin assouvir sa vengeance : l'ayant elle-même battue et insultée, elle la livre à ses servantes qui arrachent ses vêtements et la battent à mort avec les savates de bois portées au hammam ; allusion au meurtre commis ur le sultan dans les bains du palais, bien sûr. Puis le corps de la malheureuse est traîné par les pieds à l'extérieur et jeté presque nu par-dessus les remparts dans les douves de la Citadelle. Il y reste plusieurs jours, livré aux chacals venus du désert, privé de sépulture. Ce qu'il restera de la dépouille de la seule souveraine médiévale d'Egypte sera finalement rassemblé dans un panier et enterré dans le superbe mausolée qu'elle avait fait ériger en 1250 près des sépultures des saintes femmes dans la nécropole du Caire... Malgré sa fin tragique, elle disposera quand même d'une sépulture digne d'une sultane, qui existe toujours. Revanche posthume ?


La figure de Shagara est diversement appréciée : personnage secondaire pour les historiens occidentaux des croisades (un roi de France mis à mal par une femme, avouez que cela a de quoi déranger...) aussi bien que pour de nombreux historiens arabes, figure emblématique pour les féministes du monde arabe, support de bien des traditions et légendes attachées à son destin particulier et à sa fin tragique...



1- Il existe de nombreuses variantes de son nom : Shajarat ad-Durr (en arabe classique), Shagarat ed-Durr (en masri cairote classique) ou Shadjara ed-Dorr (en sa'idi), ou encore simplement Shagar.



Sources :

  • Touregypt : Touregypt

  • l'article de David J. Duncan, Scholarly views of Shajarat al-Durr : a need for concensus

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Linda et Picasso :0079: 07/02/2007 10:23

je suis passée de fire fox a safari ...car sur un mac Internet explorer ne fonctionne pas !
moi qui aime les animaux je suis passée d'un renard flamboyant a tout un zoo ! mdrrrr
mais n'ayant pas droit a la barre outil sur safari je ne sais pas changer la couleur de mon texte ...ni vous noyer d'image caline tendresse
ça vous fera des vacances ;)
Si il y a un informaticien qui connait le mac osx dans la salle et bien j'en ai besoin! :))
Bisous bisous et bon milieu de semaine


toi ça deviens bien plus qu'une passion l'Egypte ! :))
tu y retourne quand? si tu y va avant moi j'ai des choses pour @nne que je t'envoie alors ....
j'adore venir sur ton blog méme si je met pas forcement de commentaire

Nefred 17/02/2007 01:10

Heureux que ce lieu te plaise ! ; )
Renard et Safari, quel programme en effet ! lol
Pour l'Egypte, bien entendu c'est dès que possible, insha'a l-llah ; mais en principe pas avant 2008, hélas.... Il faut patienter, et c'est dur ! Tu as raison, c'est un vrai amour pour ce pays qui se renforce à chaque voyage et à chaque rencontre... Un jour, insha'a l-llah, j'irai peut-être chauffer mes vieux os sur les rives du Nil, qui sait...
Gros bisous
Nefred

:0038:@nne marie :0010: 07/02/2007 00:16

Un petit bonsoir pendant que ma connexion semble résister ! ! lol ! ! Bizzz et à demain ! ! !      @nne marie  
 

Nefred 17/02/2007 01:06

Ah, la connexion égyptienne ! Capricieuse comme le Nil avant qu'il ne soit dompté ! ; )
Bizzz, et courage !
Nefred

:0049: Dominique :0010: 06/02/2007 12:54

Bonjour bonjour, Je te souhaite une bonne journée.Grosses bises,

Nefred 17/02/2007 01:04

Masa'a el-kheyr, yâ Domi !
Quel plaisir de te trouver parmi les visiteurs de notre cité virtuelle ! ; )
Gros bisous
Nefred

:0038:@nne marie :0010: 06/02/2007 12:27

Coucou, je le savais ! ! !  Belle histoire et quelle destinée ! ! ! ! Belle journée et gros bisous      @nne marie  
 

Nefred 17/02/2007 01:03

Tu vois, le voilà l'article sur Shagara, comme tu l'avais deviné ! ; )
C'est vrai qu'elle a eu un destin extraordinaire, même s'il fut tragique, la seule sultane à avoir régné très officiellement dans un pays musulman : ses contemporaines françaises en étaient bien loin ... !
Gros bisous
Nefred

josiane 06/02/2007 12:14

je t'envoie par mail une fatwa que tu pourras ajouter a ton article ! donne aussi de tes nouvelles , tu es bien silencieux ! bises

Nefred 17/02/2007 01:00

Une fatwa ?! Tu n'as pas fait déclarer une fatwa contre moi, dis... loool
Problèmes de connexion et petits tracas, mais me voilà de retour ! ; )
Gros gros bisous
Nefred