Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Ankh-Neferkheperou-Rê
  • Ankh-Neferkheperou-Rê
  • : Pas de sujet précis, mais un ensemble de rubriques, qui évolueront avec le temps. Même si un accent particulier est mis sur l'Egypte. Ce qui compose mon univers et que je souhaite partager... Des passions, des coups de coeur et des coups de gueule, des ré
  • Contact

Papyrus éphémère

 

 

Création et cadeau de Theti

 

 

 

Fouiller

Texte Libre

 

 

 

 

 

  

Message des Scribes d'Ankhneferkheperourê :

 

Fermeture définitive de la Cité dimanche 27 mai 2007.

Vieux Papyrus

Notre Cité

12 mars 2007 1 12 /03 /mars /2007 16:52

L'appel à la prière est toujours, quand on se trouve dans un pays musulman, un moment magique, quelles que soient ses convictions... Toutes ces voix qui s'élèvent pour appeler les fidèles à la prière sont comme les cloches de nos villages quand leur son résonne dans les ruelles : une impression d'éternité, d'assister à un moment qui se renouvelle depuis des siècles et rythme la vie quotidienne...

C'est un moment d'une grande beauté, très troublant quand on se rend pour la première fois dans un pays musulman. J'ai beau l'avoir entendu des dizaines de fois, j'en ai toujours des frissons. L'appel chanté est variable d'un lieu à l'autre, d'un muezzin à l'autre dans la façon de moduler les syllabes et de jouer avec les voyelles ; chez certains muezzin, on peut même aller jusqu'à dire que c'est du grand art... Une mélopée subtile, raffinée, qui soudain efface le tumulte de la ville. Un moment qui vaut la peine d'y être attentif...

 

Mais lorsqu'on n'est ni musulman, ni arabophone, on aurait envie de savoir ce que dit le muezzin. Nous nous étions fait la remarque avec Théti en Egypte. C'est pourquoi j'ai fait une petite recherche - il ne faut jamais rester sur quelque chose que l'on ignore sans chercher à savoir - dont je vous livre le résultat. Un moyen de mieux comprendre la civilisation islamique et d'apprécier différemment ce moment quand on se trouve en Orient.

 

Vous trouverez une vidéo avec l'appel à la prière, le texte en arabe, sa transcription et enfin sa traduction. La vidéo est illustrée des principales mosquées que nous avons pu voir lors de notre voyage en Egypte ; vous en reconnaîtrez aisément certaines, comme ibn Tûlûn, Sultan Hassan ou la mosquée de Louqsor. Mais il y a aussi la petite mosquée qui se dresse à côté du temple d'Abydos.

 

 

 


اللَّهُ اكْبَرُ

اللَّهُ اكْبَرُ

اللَّهُ اكْبَرُ

اللَّهُ اكْبَرُ

اشْهَدُ ان لآ إلَهَ إلَّا اللَّهُ

اشْهَدُ ان لآ إلَهَ إلَّا اللَّهُ

اشْهَدُ أنَّ مُهَمَّدً الرَّسُولُ اللَّهُ

اشْهَدُ أنَّ مُهَمَّدً الرَّسُولُ اللَّهُ

حَيَّ عَلى الصَلاةِ

حَيَّ عَلى الصَلاةِ

حَيَّ عَلى الفَلاحِ

حَيَّ عَلى الفَلاحِ

الصَّلاةُ خَيرُ مِنَ النَوم*

اللَّهُ اكْبَرُ

اللَّهُ اكْبَرُ

لآ إلَهَ إلَّا اللَّهُ


 

 



 

 

Transcription :


al-Llahu akbar

al-Llahu akbar

al-Llahu akbar

al-Llahu akbar

ashhadu an lâ ilaha illâ l-Llah

ashhadu an lâ ilaha illâ l-Llah

ashhadu anna Muhammadan rasûlu l-Llah

ashhadu anna Muhammadan rasûlu l-Llah

hayya 3alâ s-Salâti.

hayya 3alâ s-Salâti.

hayya 3alâ I-Falâhi.

hayya 3alâ I-Falâhi.

as-Salâtu khayru mina n-naûm. *

al-Llahu akbar.

al-Llahu akbar.

lâ ilaha illâ l-Llah.


 

 




Traduction :


Dieu est grand (4 fois)

J'atteste qu'il n'y a de dieu que Dieu (2 fois)

J'atteste que Muhammad est le messager de Dieu (2 fois)

Venez à la prière (2 fois)

Venez à la Félicité (2 fois)

La prière est meilleure que le sommeil (1 fois) *

Dieu est grand (2 fois)

Il n'y a de dieu que Dieu (1 fois)

 

 

 

seulement pour la prière du matin

Repost 0
3 mars 2007 6 03 /03 /mars /2007 13:54

Bon, pour remonter un peu le moral, reprenons les bonnes habitudes avec la chanson du week-end. Encore Nancy Ajram, cette fois avec "Ana Yalli Bahebbak"... Le clip n'est pas génial, mais j'adore la chanson, issue du dernier album ; encore un souvenir de la route Hurghada / Le Caire, n'est-ce pas Theti ?

 

Ana yalli bahebbak

ana yalli baHebbak waHdi ana
ana yalli brîdak liya ana
ana yalli b3omri bib'a ana
3ala wa3di ya wa3di la waHdi ana (2x)


3ala wa3di ya wa3di waHdi ana
ana yalli b3omri bib'a ana
ana yalli brîdak liya ana
ana yalli baHebbak waHdi ana



'il hawa ya Habibi il hawa 'asrar
Hîri w ghîri w shaw' w nar
Btis'al kîf bghar 3alayk
W 'albak 3alam 'alby y ghar (2x)



3ala wa3di ya wa3di waHdi ana
ana yalli b3omri bib'a ana
ana yalli brîdak liya ana
ana yalli baHebbak waHdi ana


Il dinyi btiHla w ana wayak
Ghayar 3omri blaHza hawak
Makan 'alby bya3ref Hobb
Wala 3indo ghaly lawlak (2x)



3ala wa3di ya wa3di waHdi ana
ana yalli b3omri bib'a ana
ana yalli brîdak liya ana
ana yalli baHebbak waHdi ana



ana yalli baHebbak waHdi ana
ana yalli brîdak liya ana
ana yalli b3omri bib'a ana
3ala wa3di ya wa3di la waHdi ana



3ala wa3di ya wa3di waHdi ana
ana yalli b3omri bib'a ana
ana yalli brîdak liya ana
ana yalli baHebbak waHdi ana.

 

 

Repost 0
1 mars 2007 4 01 /03 /mars /2007 14:24

 

لكلّ داء دواء

 

 

 

 

likull dâ' dawâ'

A tout mal un remède...

 

Repost 0
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 14:09

El-Ghûri est le dernier grand sultan de la dynastie des Burgi Mamlûk. Il est décrit comme un homme autoritaire et cruel, mais qui aime aussi les fleurs et la poésie. Religieux fervent, il est très proche des Sufi.

Le mirhâb du mausolée d'el-Ghûri, au Caire.

Profitant de l'anarchie qui règne à la faveur de la succession de Qâyit Bây, Qânsûh el-Ghûri s'empare du pouvoir en 1501. Il s'efforce tout d'abord de pacifier le sultanat et de rétablir son autorité, mais s'attache aussi à développer les armées mamlûk et à engager de nouveaux mercenaires devant la menace ottomane qui se précise. Pour financer cette politique, il doit prendre des mesures très impopulaires qui appauvrissent encore la population égyptienne, augmentant les impôts et les taxes et opérant une réforme monétaire. Ces mesures contribueront grandement à achever de faire haïr les souverains mamlûk du peuple égyptien.

Le navigateur portugais Vasco de Gama, resté célèbre pour avoir ouvert aux Européens la route de l'Inde en contournant l'Afrique par le cap de Bonne-Espérance, privant l'Egypte du monopole des épices.

Pourtant, el-Ghûri ne parvient pas à enrayer le déclin entamé depuis longtemps. Avec la découverte du cap de Bonne-Espérance, les Portugais ont brisé le monopole mamlûk sur les épices et fait chuter dramatiquement les revenus qui en découlaient et étaient essentiels pour l'économie égyptienne. Pour tenter de les contrer, el-Ghûri conclut une alliance avec les souverains du sud de l'Arabie et avec le Gujarat, en Inde ; il fait construire en mer Rouge une flotte, qui va dans un premier temps parvenir à remporter quelques victoires sur les Portugais. Mais en 1509, ces derniers anéantissent la flotte mamlûk lors d'une grande bataille navale sur les côtes du Gujarat, grâce à leur artillerie. Déjà en 1507, la flotte mamlûk de Méditerranée avait été défaite par les Portugais et les chevaliers de St-Jean.

Le Shah Ismâ'il Ier d'Iran, fondateur de la dynastie safavide.

Dès 1515, le sultan ottoman Selim Ier Yavuz prend le prétexte d'une alliance entre el-Ghûri et le Shah safavide d'Iran Ismâ'il Ier pour se lancer à la conquête du sultanat mamlûk ; en effet, le sultan mamlûk avait laissé passer les ambassadeurs envoyés par Isma'il Ier en vue de négocier avec la république de Venise contre les Ottomans. El-Ghûri, peu soutenu par ses émirs, est tué en août 1516 durant la bataille de Marj Dabiq, au nord d'Alep (Syrie), qui se solde par la victoire éclatante des Ottomans et la capture du calife abbasside el-Mutawakkil III ; c'est son artillerie qui a donné l'avantage à Selim Ier, sonnant le glas de la toute-puissance de la cavalerie mamlûk sur les champs de bataille. Les Mamlûk n'avaient pas su anticiper et tenir compte de l'évolution de l'armement et de l'introduction des armes à feu et des canons.

Le complexe d'el-Ghûri près de Bâb Zuweyla, au Caire.

Mais le règne d'el-Ghûri, qui entretient une cour brillante, est aussi marqué par une intense activité artistique et de grands travaux. Prévoyant les difficultés à venir, il fait remanier la Citadelle du Caire et renforcer les fortifications d'Alexandrie et de Damiette. Mais surtout, il dote Le Caire de monuments qui sont de véritables joyaux aujourd'hui encore, en particulier sa célèbre Wikâla (en égyptien « Wekalet el-Ghûri ») ou son non moins célèbre complexe sur la rue el-Mu'izz.

L'une des façades de la cour de la Wekalet el-Ghûri, au Caire.

Son successeur, Tûman Bây, ne pourra résister longtemps aux assauts des troupes ottomanes et Selim Ier fera une entrée triomphale dans l'Egypte conquise et désormais assujettie à son empire.

Le sultan ottoman Selim Ier, qui réalisera la conquête de l'Egypte et mettra fin au sultanat mamlûk indépendant.

Repost 0
28 février 2007 3 28 /02 /février /2007 07:55

Blason de Qâyit Bây (faïence, musée d'Art Islamique, Le Caire).

Qâyit Bây est sans doute l'une des figures les plus marquantes de cette dynastie. D'origine circassienne, né à Kipchak, il fut amené comme esclave en Egypte à l'âge de 13 ans, en 1435, puis acquis comme mamlûk par le sultan Barsbây (1422-1438) pour la somme modique de 50 dinars. Il sera affranchi par le sultan Gaqmaq (1438-1453), qui le fera chancelier (Dawadar). Il devient chef des armées en 1467, puis monte sur le trône lorsque le sultan ez-Zâhir Tamerbughâ er-Rûmi (1467) est renversé par une révolte des Mamlûk.

Un dirham de l'époque de Qâyit Bây.

Son règne, sans conteste le plus brillant de la dynastie des Burgi Mamlûk, marque un effort de renforcement de l'autorité du sultan, ainsi qu'une stabilisation de l'économie et surtout une renaissance des arts. En 1467, Qâyit Bây provoque la colère du sultan ottoman Bayezid II pour avoir fait empoisonner le frère de celui-ci durant une entrevue. En représailles, les Ottomans s'emparent de plusieurs places fortes mamlûk en Asie Mineure, en particulier Adana et Tarse. Cependant, Qâyit Bây parvient à contenir leur avancée. Il essaie également d'apporter de l'aide aux souverains nasrides d'Espagne qui se heurtent à la Reconquista chrétienne et persécute les chrétiens de Syrie.

Le sultan ottoman Bayezid II.

S'il mena de nombreuses campagnes militaires, c'est surtout pour son oeuvre de grand bâtisseur qu'il reste célèbre. Il couvre la ville du Caire de magnifiques monuments, dont plusieurs subsitent aujourd'hui et comptent parmi les plus grandes réussites de l'architecture mamlûk. La citadelle qu'il fit construire à Alexandrie, connue sous le nom de fort de Qâyit Bây, est mondialement connue pour avoir été construite à l'emplacement de l'ancien phare antique, dont les fouilles sous-marines récentes ont révélé des vestiges dans les eaux voisines. Mais il réalisera également des programmes architecturaux à La Mecque et à Médine, à Jérusalem et à Damas.

Le célèbre fort de Qâyit Bây à Alexandrie.

Repost 0
27 février 2007 2 27 /02 /février /2007 07:26
 

La Cour Internationale de Justice, dite CIJ pour satisfaire à la mode des sigles, vient de rendre un jugement qui ne lui fait pas honneur et qui risque de creuser encore un peu plus le fossé entre monde occidental et monde musulman. En effet, elle a déclaré que la Serbie ne pouvait être reconnue responsable d'un quelconque génocide en Bosnie durant le conflit de 1992-1995. Seul a été reconnu comme acte de génocide le massacre de 8 000 musulmans bosniaques à Srebrenica en 1995 ; mais là encore la Serbie n'est pas reconnue responsable, on se contente de lui taper sur les doigts en lui disant qu'elle n'a rien fait pour l'empêcher. Après la honte d'avoir laissé faire ce qui s'est passé en Bosnie, voilà bien une seconde honte pour la « communauté internationale » que cette épouvantable hypocrisie.

Qui a pu oublier les images des casques bleus désemparés devant le drame qui allait se jouer à Srebrenica ? Qui n'a pas eu alors un sentiment de honte ?


Nous avons tous en mémoire, je crois, les effroyables images de la guerre de Bosnie ; nombre d'entre nous en ont ressenti de la colère et de la honte. Qui a pu oublier ces images que l'ont pensait ne plus revoir en Europe après les horreurs de la seconde guerre mondiale ? Oublier ces exécutions sommaires, ces villages incendiés et pillés, ces déportations de masse, ces prisonniers parqués dans des camps servant aussi de centres de torture, ces milliers de femmes violées de façon systématique... Et comment peut-on oublier aussi vite que c'est Belgrade qui menait cette danse macabre ? On veut nous faire oublier que c'est le président serbe de l'époque, le criminel Slobodan Milosevic, qui a orchestré la guerre contre les républiques séparatistes et cautionné les massacres et atrocités ? Avons-nous oublié que la « communauté internationale » avait quand même consenti à faire pression sur Belgrade, à l'époque, reconnaissant ainsi son rôle ? Belgrade qui entendait conserver le contrôle de tout le territoire de l'ancienne Yougoslavie au nom du nationalisme serbe qui reste très fort, Belgrade qui aujourd'hui encore rechigne à donner leur indépendance aux derniers Etats... Belgrade qui a toujours rêvé de rétablir la « grande Serbie », qui a ensuite porté la guerre au Kosovo... Comment oublier que le gouvernement actuel de Belgrade, le président Boris Tadic - qui d'ailleurs n'est pas content qu'on qualifie Srebrenica de génocide que la Serbie aurait pu emêcher... - en tête, n'a toujours pas livré à la justice internationale les criminels de guerre accusés justement de génocide ?

L'effroyable charnier de Srebrenica...


La plainte avait été déposée par la Bosnie en pleine guerre, en 1993, tandis que la « communauté internationale » se montrait bien passive dans l'affaire et que la Bosnie était à feu et à sang. Cette plainte visait à faire reconnaître l'ensemble de ce conflit comme une tentative de génocide. Rappelons au passage que les Serbes, à l'époque, ne se cachaient pas de vouloir procéder à un « nettoyage ethnique » contre les musulmans et les Croates ; que ces massacres ont fait 200 000 morts au total ; que les femmes musulmanes bosniaques victimes de viols racontent toutes la même chose : on leur a bien dit que ce génocide passait par leur ventre. Malheureusement, la Bosnie ne pourra faire appel : les jugements de la CIJ sont définitifs et sans appel... Les autorités bosniaques, musulmanes autant que croates, sont affligées, les protestations et l'indignation commencent à se manifester et l'on ne peut qu'y voir une offense à la mémoire de toutes les victimes de ce qu'il faut pourtant bien appeler par son nom : un génocide.

Pense-t-on aux mères de Bosnie ? Comment leur expliquer que le drame qu'elles ont vécu n'a pas la même signification que d'autres ? Comment expliquer aux femmes victimes des viols systématiques que l'enfer qu'elles ont vécu ne procédait pas d'une volonté de génocide ?


Que faut-il voir derrière tout cela ? D'abord, l'intention de l'Union Européenne d'intégrer prochainement la Serbie – ce que je trouve scandaleux et je ne dois pas être le seul ! Comment procéder à cette sombre manoeuvre si la Serbie est reconnue coupable de génocide, alors même que l'on met des bâtons dans les roues à la Turquie au sujet du génocide arménien ? En effet, on imagine mal Belgrade reconnaître le génocide de Bosnie, ce qui obligerait l'UE à avoir envers elle les mêmes exigences qu'envers Anakara... Puisque l'affaire est déjà décidée, au mépris de l'avis des populations européennes du reste, il fallait que la CIJ rende un tel verdict. Ensuite, il y a des intérêts internationaux qui pèsent sur cette décision, en particulier l'influence américaine ; rappelons que la présidente de la CIJ, Rosalyn Higgins, est britannique, et que son pays est allié avec les Américains en Iraq. Reconnaître le génocide de musulmans dans l'ex-Yougoslavie, cela obligerait à la fois à reconnaître la passivité de l'ONU à l'époque et à admettre une certaine politique hostile aux musulmans...


Quelles risquent d'en être enfin les conséquences, pour finir ? Que ce ne soit pris comme un nouvel affront par les musulmans, ce qui me semble assez évident : il apparaît une fois de plus clairement qu'il y a deux poids deux mesures dès qu'il s'agit d'un pays musulman. Comme ce que l'on observe au Mashreq dans le conflit israélo-palestinien. Munira Subasic, Présidente de l'Association des Femmes rescapées de Srebrenica, a bien résumé le sentiment d'amertume qui résulte de cette injustice : « L'Europe a une nouvelle fois montré qu'elle était contre les Musulmans... ». Que lui répondre, comment ne pas comprendre sa révolte ? Comment prétendre avec de telles décisions rassurer les musulmans sur l'attitude des pays occidentaux ? N'est-ce pas, une fois de plus, apporter de l'eau au moulin des extrémistes, qui auront beau jeu de dire : « Vous voyez, les Occidentaux nous méprisent, ils ne reconnaissent pas nos droits... ». Le meilleur allié des extrémistes de tout crin, ce sont les puissants du monde occidental, qui jouent un jeu dangereux dont on peut craindre qu'il ne nous mène un jour au chaos. Ces gens sont sensés nous représenter, mais ils nous préparent contre notre gré un avenir bien sombre ; on ne peut qu'en être affligé !

Non à l'adhésion de la Serbie 

à l'union Européenne !


En tout cas, je ressens une nouvelle fois, comme lors de la guerre de Bosnie, colère et honte. On vient d'assassiner les victimes de ces horreurs une seconde fois...

Repost 0
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 14:42

Né vers 1373, Gaqmaq est acheté comme Mamlûk sous le règne de Barqûq (1382-1412). Sa carrière officielle commence sous le règne d'el-Mu'ayyad (1412-1421), mais c'est sous Barsbây (1422-1438) qu'il s'impose, obtenant un poste de ministre. Nommé régent quand le fils de Barsbây, el-'Azîz Gamâl ibn Barsbây, monte sur le trône en 1438, il renverse dès cette même année le jeune prince pour se proclamer lui-même sultan.

Un Coran enluminé de l'époque de Gaqmaq (musée d'Art Islamique, Le Caire).

Il est sans doute le plus cultivé des sultans mamlûk. Il pratique couramment à la fois le turc et l'arabe, ce qui est rarement le cas chez les Mamlûk. Il a également étudié la théologie. Ceci explique que son règne soit marqué par un grand développement des arts et de la science.

Un dirham de Gaqmaq.

A l'extérieur, il tente de démanteler la piraterie orchestrée par les chevaliers de St-Jean de Jérusalem établis à Rhodes, poursuivant en cela la politique de Barsbây. Par deux fois, en 1400 et en 1444, la flotte égyptienne échoue dans sa tentative de s'emparer de Rhodes.

Un chevalier de St-Jean de Jérusalem (fresque, Saint George Chostos in Filerimo, Rhodes, XVe s.).

C'est son fils el-Mansûr Fakhr ed-Dîn Osmân ibn Gaqmaq (1453) qui lui succède, mais il est renversé au bout de six mois de règne par el-Ashraf Seyf ed-Dîn Inâl el-'Alâ'i (1453-1460).

Mosquée de Gaqmaq à Darb Sa'ada, au Caire.

Repost 0
26 février 2007 1 26 /02 /février /2007 08:29

Né vers 1369, Barsbây exerçait en réalité déjà largement le pouvoir sous le règne de son prédécesseur, es-Sâleh Nâsir ed-Dîn Mohammed ibn Tatar (1421-1422). Il s'en empare véritablement en 1422, mettant en place un pouvoir fort. Mais il ne parviendra jamais véritablement à empêcher les émirs mamlûk d'agir en fonction de leurs propres intérêts.

Casque du sultan Barsbây conservé au Louvre, à Paris.

Les dépenses liées en particulier à l'entretien des troupes mamlûk sont de plus en plus exorbitantes. Barsbây s'efforce d'assainir les finances de l'Egypte, mais au prix d'une augmentation des taxations, ce qui sera très impopulaire. Il établit également au profit du pouvoir un monopole sur le commerce du sucre et des épices. Il tente de libérer l'économie égyptienne de l'alignement sur les monnaies d'or italiennes en faisant frapper de nouvelles monnaies, mais ce sera un échec qui ruinera les finances du pays. Si Barsbây parvint bien à stabiliser les finances de l'état, ses mesures nuiront gravement au commerce extérieur, dont l'économie égyptienne dépendait en grande partie. C'est en particulier son intervention sur le commerce des épices qui amena les Européens à chercher à trouver un moyen de s'approvisionner sans passer par l'intermédiaire égyptien, ce qui aura plus tard de graves conséquences.

Un dirham de l'époque de Barsbay.

En 1426, il s'empare de l'île de Chypre afin de libérer la Méditerranée orientale des attaques des chrétiens contre les navires marchands. Dès 1425, la flotte égyptienne avait pillé Limassol. Mais c'est en juillet 1426 qu'a lieu la bataille décisive à Chirokitia, au cours de laquelle le roi Janus de Chypre est capturé et ramené au Caire ; il ne sera libéré qu'après avoir reconnu la suzeraineté du sultan égyptien et accepté de verser un tribut annuel. Il parvient également à renforcer le contrôle du Hejjaz par les Mamlûk contre les visées des Hachémites. Enfin, des combats ont également lieu en Asie Mineure, où les Turcs commencent à se montrer dangereusement puissants.

Le site de Chirotikia, à Chypre, où les troupes mamlûk vainquirent le roi Janus de Lusignan.

A sa mort, il est inhumé dans le superbe mausolée qu'il a fait édifier dans le cimetière nord du Caire ; c'est son fils, el-'Azîz Gamâl ibn Barsbây, qui monte sur le trône en 1438 sous la régence de ez-Zâher Seyf ed-Dîn Gaqmaq, lequel ne tarde pas à le renverser pour s'emparer du pouvoir et devenir à son tour sultan, dès 1438.

Une tour élevée par Barsbây à Tripoli, au Liban.

Repost 0
25 février 2007 7 25 /02 /février /2007 18:25

El-Mu'ayyad Sheykh fut acheté comme esclave et amené en Egypte par un marchand auquel il doit une partie de son nom, Mahmûd el-Yazdy. Par la suite, il fut acheté par Barqûq, qui l'affranchit lorsqu'il monta sur le trône, en 1382. Il devint alors échanson de la cour du sultan.

La citadelle de Tripoli, au Liban, dont el-Mu'ayyad fut gouverneur.

Il poursuivit son ascension sous le successeur de Barqûq, Farag, qui le nomma gouverneur de Tripoli, au Liban. Capturé par Timur Lang lorsque celui-ci envahit la Syrie au tout début du XVe s., il parvint à s'échapper et à revenir au Caire. Farag le nomma ensuite gouverneur de Damas, mais il en fut bien mal inspiré ; el-Mu'ayyad projetait de renverser le sultan. Suscitant une révolte, il attira le jeune souverain à Damas et l'assassina.

El-Muayyad assassine le sultan à Damas pour s'emparer du trône.

Dans un premier temps, el-Mu'ayyad, pour légitimer son pouvoir, partage le pouvoir avec le calife abbasside ; mais il le fait assassiner dès 1412 et exerce désormais le pouvoir seul. Comme tous les princes mamlûk, el-Mu'ayyad est un homme plein de contrastes : à la fois tyrannique et pieux, guerrier redoutable mais aussi amateur de musique et de poésie.

La superbe voûte d'entrée de la mosquée d'el-Muayyad.

Il a laissé au Caire un superbe ensemble qu'il a fait élever de 1415 à 1422 dans le style Burgi Mamlûk à l'emplacement d'une prison dans laquelle il avait été enfermé sous le règne de Farag, près de Bâb Zuweyla ; il avait en effet fait le voeu, s'il était libéré, de faire raser la prison et de construire une mosquée à son emplacement. Ce sont les deux minarets de cette mosquée qui surmontent aujourd'hui encore les tours de Bâb Zuweyla.

Les deux minarets de style mamlûk de la mosquée d'el-Muayyad surmontent Bâb Zuweyla, à laquelle elle est adossée.

Repost 0
23 février 2007 5 23 /02 /février /2007 07:41

Qui sont exactement les Coptes, ces chrétiens d'Egypte dont on n'a en Europe qu'une idée extrêmement vague ?

 

 Un texte en langue copte.

 


Leur nom, tout d'abord. Le mot « copte » vient du grec « aiguptos » signifiant « égyptien », altéré en « kuptios », puis passé en arabe sous la forme « qibt ». Ce terme sert à désigner des réalités qui peuvent paraître confuses : une réalité religieuse (les chrétiens d'Egypte), une réalité linguistique (la langue copte, héritière de l'ancienne langue égyptienne antique), une réalité ethnique (les descendants de populations antérieures à l'invasion arabe), une réalité historique (la période chrétienne de l'Egypte, entre l'Antiquité tardive et l'invasion arabe), enfin une réalité culturelle et artistique. Ce premier tour d'horizon de ce que recouvre le terme montre déjà la complexité du sujet.

 

Saint Marc, fondateur de l'Eglise copte selon la tradition

(icône contemporaine de Victor Fakhoury).


Le culte copte aurait été instauré par St Marc, l'un des évangélistes, venu prêcher à Alexandrie. La ville compte déjà une importante communauté chrétienne au IIe s. de notre ère et va devenir l'un des grands centres du christianisme naissant. Le monachisme apparaît en Egypte dès le IVe s. et rayonnera plus tard dans tout le monde chrétien ; les grandes figures sont alors st Antoine, st Athanase, st Pacôme, st Macaire... C'est en grande partie sous l'influence de ces monastères que l'Egypte va se convertir au christianisme. Traditionnellement, on considère que la fermeture définitive du temple de Philae au culte d'Isis et sa conversion en église, vers le milieu du VIe s. de notre ère, marque la transition entre Antiquité tardive et période copte. La rupture entre Rome et l'Eglise copte intervient pourtant, comme pour l'orthodoxie byzantine, avec le concile de Chalcédoine, en 451.

 

Saint Antoine

(icône contemporaine d'Isaac Fanous, église de la Nativité de la Vierge, Los Angeles, 1990)

 


La langue copte a développé son propre alphabet à partir de l'alphabet grec complété par 7 caractères empruntés au démotique pour rendre des sons n'existant pas en grec. Elle devient la langue officielle du patriarcat au Ve s. Elle n'est plus utilisée comme langue liturgique que par les Coptes orthodoxes.

 

Saint Athanase

(icône contemporaine d'Isaac Fanous, église de la Nativité de la Vierge, Los Angeles, 1993)

 


Du point de vue religieux, les chrétiens coptes d'Egypte se divisent en deux branches : les Coptes orthodoxes, les plus nombreux, et les Coptes catholiques uniates, qui observent le culte copte mais sont rattachés à Rome. Les Coptes orthodoxes sont dirigés par un patriarche, le patriarche  orthodoxe d'Alexandrie, qui porte aussi le titre de pape ; selon la tradition, il est le successeur de st Marc, d'où l'expression "le Trône de st Marc", comme les catholiques disent "le saint-Siège" ; l'actuel pape copte est Chenouda III. Les Coptes Uniates se sont rapprochés de l'Eglise catholique dès le XVIIIe s. et sont dits Uniates depuis 1895 ; ils ont également un patriarche uniate d'Alexandrie.

 

Saint Macaire

(fresque ancienne, avec des inscriptions en copte et en arabe, comme vous le remarquez)

 

Les Coptes d'Egypte forment numériquement la minorité chrétienne la plus importante du Moyen-Orient, même si les chiffres officiels et ceux de la communauté copte ont du mal à coïncider ; disons qu'ils représentent 10 à 15 % de la population égyptienne.

 

Saint Pacôme

(patriarcat orthodoxe copte, Le Caire, 1993)


Enfin, les Coptes ne sont pas les seuls chrétiens en Egypte, même s'ils sont de loin les plus nombreux. Il existe également des minorités catholique, protestante et melkite (grecque catholique). Et on trouve également des Coptes dans d'autres pays, comme l'Ethiopie, qui compte une Eglise copte indépendante de celle d'Egypte. Il y a en France deux diocèses coptes égyptiens.

Croix gravée par les Coptes sur le temple de Philae lors de sa transformation en église

 (photo Theti-Nefred, en décembre 2006)

Pour ceux qui voudraient poursuivre cette rencontre, voici un lien bien documenté d'où sont tirées les superbes icônes représentant les saints coptes.

Repost 0